Pour gérer vos consentements :
Categories: Cloud

HP réagit : la faute à SAP et… trois ‘démissionnés’

Hewlett-Packard a expliqué l’origine de la chute de 5% à 3,4 milliards de dollars des revenus de sa division ESS (

Enterprise Servers and Storage), qui a amené le groupe à imposer une douche froide au marché en lançant un ‘profit warning’ (lire notre article). En plus des facteurs classiques de guerre des prix et de ‘discount’ agressif pratiqués par ses concurrents ? et largement suivis par HP – la chute de la division proviendrait de dysfonctionnements « inacceptables » dans sa gestion par l’implémentation logicielle. En cause, la migration problématique, dont les conditions de disfonctionnement n’ont pas été révélées, vers une solution SAP de gestion de la chaîne d’approvisionnement sur les systèmes informatique du constructeur. Ces difficultés – qui prendraient leur source en interne chez HP, comme a tenu à le rappeler SAP, réaffirmant son partenariat avec le fabricant – ont tout d’abord affecté l’activité serveurs ‘Industry standard Server‘ avant d’affecter l’activité stockage ‘Business Critical and Storage‘. En plus de perdre des ventes, la division ESS a dû recourir à des artifices afin de rétablir le contact avec son réseau de distribution et d’enregistrer des commandes en direct. De plus, pour respecter les délais, de nombreuses commandes ont dû être livrées par avion. De quoi générer des coupes franches dans la marge du groupe? Selon Carly Fiorina, CEO et chairman de Hewlett Packard, ces problèmes auraient coûté à la division ESS 400 millions de dollars de revenus, et 275 millions de dollars de profit opérationnel. « Nous avons été mauvais sur la migration » a-t-elle indiqué. Puis, rassurante, « Nous pensons que ces problèmes sont largement derrière nous« . En tous cas, les difficultés qui ont mis HP en situation d’annoncer un profit warning ont déjà fait trois victimes internes : Peter Blackmore – vice-président en charge des activités CSG (Customer Solutions Group) d’HP, et donc des ventes directes aux entreprises et administrations dans le monde ? est ‘démissionné’, et sera remplacé par Mike Winkler, vice-président et responsable marketing du groupe. Jim Milton, vice-président CSG pour l’Amérique, sera remplacé par Jack Novia, le patron de la division Technology Solutions Group. Plus proche de nous, Kasper Rorsted, vice-président CSG EMEA (Europe, Moyen Orient et Afrique), sera remplacé par Bernard Meric, le patron de Imaging and Printing Group sur la même région. Caly Fiorina, dans son e-mail interne annonçant le ‘départ’ de ses vice-présidents, a tenu a ajouter : « Nous remercions Peter, Jim et Kasper pour leurs années de services et de dévouement« . Une pensée qui aura sans doute touché les trois démissionnés et leurs équipes.

Recent Posts

Pistage : les navigateurs ne s’attaquent pas qu’aux cookies

Dans la lignée de Brave, Firefox met en place un mécanisme de filtrage de certains…

14 heures ago

Open Source : la Fondation Linux veut normaliser l’accès aux DPU

L’effort porte sur la standardisation de la pile logicielle prenant en charge les processeurs de…

16 heures ago

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

16 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

21 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

2 jours ago

HPE Discover 2022 : Red Hat rejoint l’écosystème GreenLake

OpenShift, RHEL, Ansible... Red Hat va proposer une version sur site avec paiement à l'usage…

2 jours ago