HP Software Universe, HP : acteur majeur du marché des télécoms

Logiciels

La réorganisation d’HP Software a donné naissance à quatre divisions : BTO (Business technology optimization), IM (Information management), BI (Business Intelligence) et CMS (Communication & Media Solutions). Entretien avec Steve Dietch, directeur marketing de CMS chez HP

Qu’avez-vous regroupé précisément dans CMS (Communication & Media Solutions) ?

Cette nouvelle division d’HP Software regroupe tous nos moyens liés à l’industrie de la communication et des médias : logiciels, ressources humaines, solutions, etc. Côté technologique, cela revient à proposer des solutions basées sur des logiciels verticaux pour les secteurs des télécommunications, et des médias (studios de cinéma, presse, studio de musique, TV…).

Ainsi, France Télécom a besoin de solutions pour fournir des services comme la messagerie vocale, les SMS, les services vidéos, etc. Or, cela passe par des solutions intégrées et performantes.

Nous devons pouvoir intégrer nos solutions avec du CRM, favoriser des changements de modèles en temps réel, proposer des solutions de prépaiement, de gestion de réseau et de la qualité des communications, des services d’activation, de facturation, etc.

Par ailleurs, nous proposons aussi des passerelles pour transférer des contenus analogiques à des fins de distribution numérique. Ainsi, SFR doit pouvoir assurer l’acheminement de contenu des 50 partenaires (Time Warner, CNN, etc.) avec des logiciels de workflow évolués et intégrés à son système.

D’une proposition bâtie sur votre logiciel d’Opencall, vous passez à une offre globale associant deux secteurs. Y êtes-vous contraints par les diverses évolutions du marché ?

Aujourd’hui, plus personne ne raisonne uniquement télécommunications. Les opérateurs occupent une situation de “network in the middle” et agissent comme intermédiaires entre des fournisseurs de contenu et des clients équipés de terminaux électroniques divers et variés. Et aucun opérateur ne peut survivre en se contentant de fournir uniquement de la bande passante, car il lui faut aussi gérer tous ces partenaires et ses clients finaux avec comme objectif de parvenir à proposer la meilleure expérience client possible. Et la division CMS d’HP s’adresse à ce marché vertical. Notre propos ne consiste nullement à fournir des serveurs Proliant ou des terminaux, bien que nous fassions partie d’un groupe qui propose tous les éléments d’un bout à l’autre de la chaîne, avec les serveurs, les services EDS, les plates-formes, les iPaq, les portables… Par ailleurs, l’expérience et le savoir-faire d’EDS sur les secteurs télécom et média autorisent des synergies pour bâtir des offres combinées avec de l’outsourcing par exemple.

Sur ces offres peu visibles par un public moins averti, vous êtes depuis longtemps très bien placé. Comment vous repositionnez-vous face aux nouveaux enjeux ? Et quelle est la taille du gâteau ?

CMS bénéficie d’une position intéressante sur ce segment avec des offres moins connues, mais très puissantes, bien qu’elles ne soient pas nouvelles. En tant qu’unité à part entière, notre organisation devient commercialement plus agressive, avec la force d’HP pour la soutenir.

Effectivement, ce marché B2B n’est pas le plus visible, mais présente bien des avantages. En 2007, le contour de ce marché au niveau mondial était évalué à plus de 250 milliards de dollars, avec une croissance à deux chiffres et des marges conséquentes. En outre, les acteurs concernés consacrent entre 10 à 15 % de leur chiffre d’affaires à l’investissement informatique. Une exception !

Auparavant, les fournisseurs télécom et média pouvaient choisir entre la forte valeur ajoutée et le low-cost. Aujourd’hui, il faut apporter le maximum de valeur ajoutée au prix le plus bas possible.

Avec des offres allant de la gestion de service à l’infrastructure IT, en passant par les services, CMS est très bien placé sur ce créneau pour répondre à cette double exigence.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur