HP et Vinci construisent un datacenter géant au sud de Paris

CloudDatacentersIAAS

Pour combler le déficit de datacenters dans le sud de Paris. Vinci va construire avec l’aide de HP plusieurs salles modulaires sur la commune de Lisses dans l’Essonne. Le premier bâtiment sera livré à la mi-2016.

Une recherche sur Google Maps en Ile de France montre rapidement l’inégalité territoriale en matière de datacenter autour de Paris. Le Nord et la Plaine Saint Denis en particulier accaparent la majorité des salles informatiques. Seuls Iliad datacenter et Colt font de la résistance en s’implantant dans le sud. Pour combler ce déséquilibre, Vinci a annoncé la création d’un datacenter géant sur la commune de Lisses, dans l’Essonne. Le centre de calcul va être installé dans le parc d’activité Léonard de Vinci sur un terrain de 10 ha. Pour l’accompagner dans cette aventure, Vinci va être épaulé par HP.

Pascal Lecoq, directeur des services datacenter de HP, nous en dit un peu plus sur ce futur équipement : « Il y aura 3 bâtiments sur le parc pour une surface totale de 22 500 m² dont 8 000 m² de salles informatiques. Le permis de construire a été finalisé pour le 1er bâtiment. Chaque bâtiment comprend deux salles de 1300 m² divisées en quatre Pod indépendants sur le plan énergétique (4,2 MWatt). La consommation globale en électricité des 3 locaux sera de 20 mégawatt ». Sur la répartition des rôles, « Vinci est en charge de la construction, du raccordement énergétique et de la maintenance. Pour notre partie, nous avons collaboré au design des salles, à la climatisation (avec un bureau d’études hollandais), au DCIM (gestion des infrastructures), à la supervision, etc ». Sur la partie green IT, les bâtiments bénéficieront d’un double refroidissement par air et afficheront un PUE inférieur à 1,3. Aucune information n’a été donnée sur le coût du projet.

Apporter des services à valeur ajoutée

En complément, HP va aider le maître d’œuvre à « remplir les salles ». Cette démarche, selon Pascal Lecoq, a pour objectif d’apporter de la valeur ajoutée dans la colocation de salles informatiques. « Aujourd’hui, il faut un élément différenciant au prix du m²/kWh. Par exemple, vous pouvez fournir une offre de IaaS clé en main, avec plusieurs tailles de VM, pour quelques euros de plus ou une offre de grid as a service via des solutions de type HPC », explique le dirigeant en admettant travailler sur d’autres cas d’usage regroupés sous le vocable XaaS.

Séduire hébergeurs, grands comptes et collectivités

Les cibles visées sont naturellement les hébergeurs qui « veulent s’étendre dans le sud de Paris, car le nord commence à être saturé. Plusieurs prospections sont en cours avec un engagement ferme pour un des acteurs », assure Pascal Lecoq. L’autre population, que le datacenter de Lisses souhaite attirer, est le secteur public et l’administration, « mais aussi les collectivités territoriales qui ont un intérêt à regrouper des services informatiques sur le datacenter de Lisses ». Une mission est en cours pour recenser les différents projets de consolidation des collectivités territoriales. Si les entreprises sont également une cible, HP écarte toute idée d’être présent en propre dans un des bâtiments pour proposer ses services. « Il ne s’agit pas d’un datacenter pour HP, mais avec HP », conclut Pascal Lecoq.

A lire aussi :
Les datacenters français inquiets sur le rééquilibrage des tarifs de l’électricité
Facebook repense l’architecture réseau de son dernier datacenter


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur