Pour gérer vos consentements :

HPE va externaliser sa DSI chez CSC

HPE est en train d’externaliser sa DSI chez CSC, selon The Register. Cet outsourcing apparaît comme une conséquence directe de la scission des activités de services du groupe – héritées du rachat d’EDS – puis de leur fusion avec la SSII américaine CSC. Rappelons que ce rapprochement doit être finalisé en mars et va créer une entité réalisant plus de 20 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel.

Nos confrères expliquent avoir eu accès à un mémo, rédigé par Scott Spradley, le DSI de HPE, et par Mike Nefkens, le vice-président de HPE Enterprise Services (ou ES, la branche appelée à fusionner avec CSC), dans lequel ils annoncent cette opération qui inclura de l’infogérance d’infrastructure, du développement et du support applicatif. Bref, une externalisation globale. « Cela aura pour conséquence le transfert d’une majorité de notre famille IT à ES/CSC (l’entité qui naîtra de la fusion des services HPE et de la SSII, NDLR), qui va devenir un fournisseur majeur de services IT dans le monde », écrivent  Scott Spradley et Mike Nefkens.

Les services et le logiciel out

Rappelons que la DSI de HPE a dû encaisser plusieurs chocs ces derniers mois. A commencer par la scission du groupe HP en deux, actée voici tout juste un an, avec ses impacts sur les systèmes d’information (finances, RH…). Au cours de cette opération, la DSI a dû retravailler sur 2 800 applications, sur quelque 75 000 interfaces et sur la séparation logique des datacenters. « Séparer HPE et HPI (HP Inc, la partie PC et imprimantes, NDLR) nous a demandé de monter deux organisations IT à partir d’une, qui était déjà une organisation lean. Dans le même temps, nous avons amené l’équipe en charge de l’infrastructure et des opérations IT (ITIO) au sein d’Enterprise Services », rappelle le mémo. C’est cet ensemble qui va fusionner avec CSC.

Sur son profil LinkedIn, le DSI Scott Spradley, arrivé à son poste en 2012, explique avoir déjà complétement réorganisé son service comptant environ 6 000 personnes. Avec, à la clef, une économie de 225 millions de dollars sur le personnel et de 70 millions sur les dépenses logicielles.

En parallèle du rapprochement de l’ex-EDS avec CSC – opération qui concerne la moitié des salariés de HPE -, le groupe dirigé par Meg Whitman est également en train de céder une large part de son portefeuille logiciel à Microfocus. Ce second deal – valorisé 8,8 Md$, même si Micro Focus ne verse concrètement que 2,5 Md$ de cash à HPE – concerne de nombreuses activités logicielles rachetées par le groupe américain au fil des ans : Peregrine (2005, 425 M$), Mercury (2006, 4,5 Md$), Vertica (2011), Autonomy (2011, 11,7 Md$) ou encore ArcSight (2010, 1,5 Md$).

A lire aussi :

HPE fusionne ses services aux entreprises avec CSC

Les logiciels HPE sous bannière Micro Focus: un gage de stabilité pour les DSI

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago