Pour gérer vos consentements :

Huawei : Donald Trump souffle le chaud et le froid [MAJ]

Le président américain, Donald Trump, a déclaré dimanche 18 août ne pas vouloir que les États-Unis fassent affaire avec Huawei, et ce pour des questions de « sécurité intérieure ».

Or, l’équipementier chinois bénéficie encore, à ce jour, d’une « licence générale temporaire ». Celle-ci lui permet de continuer à travailler avec des entreprises américaines et de livrer des mises à jour à ses clients locaux, dans un cadre légal et réglementé.

Mais le vent pourrait tourner.

Comment en est-on arrivé à une telle défiance ?

Les États-Unis, comme d’autres puissances économiques, redoutent l’espionnage industriel de groupes internationaux et la perte potentielle de souveraineté technologique.

En mai 2019, pour réduire ce risque, l’administration Trump a ajouté Huawei à une liste noire de sociétés interdisant aux entreprises nationales de commercer avec elles.

Dans la foulée, Huawei a bénéficié d’un premier délai de 90 jours, arrivant à terme ce lundi 19 août. Deux jours avant l’échéance, Reuters rapportait que le département US du commerce prévoit d’accorder un sursis supplémentaire de 90 jours au groupe chinois.

Il s’agit de limiter l’impact négatif d’une décision expéditive sur l’économie américaine.

Et, pour Donald Trump, d’influencer la relation commerciale à l’avantage des États-Unis.

Qui a peur de Huawei ?

Dimanche, en marge d’un déplacement dans le New Jersey, Donald Trump a déclaré à des reporters : « pour le moment, il semble bien que nous n’allons pas faire des affaires » avec Huawei. Et d’insister : « parce que c’est une menace pour la sécurité nationale. Et je crois vraiment que les médias ont couvert [l’affaire] un peu différemment de cela. »

Le locataire de la Maison Blanche a ajouté que certaines composantes de l’activité de Huawei pourraient être exemptées d’une interdiction. Il n’a toutefois pas précisé quel pan d’activité, de l’infrastructure (équipement réseau, 5G incluse) ou des terminaux (Huawei vient de dévoiler HarmonyOS pour smartphones), serait concerné potentiellement.

Donald Trump a prévenu que ce serait « très compliqué.  » Cette pression s’exerce dans le cadre de négociations commerciales âpres entre les États-Unis et la Chine de Xi Jinping.

Mise à jour du 20 août 2019 : le département américain du commerce a prolongé de trois mois, jusqu’au 19 novembre, le sursis accordé à Huawei et son écosystème.

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago