Huawei veut créer plus de 5000 emplois en Europe

Réseaux
Huawei MWC 2013 (crédit photo © Silicon.fr)

À l’heure où les équipementiers se restructurent sur un marché hyper concurrentiel, Huawei annonce vouloir accélérer ses investissements en Europe.

On ne sait pas encore si les routeurs Huawei, et ceux de son homologue ZTE, vont être bannis de France ni même si les équipementiers chinois vont faire l’objet d’une enquête pour dumping de la Commission européenne, mais Huawei semble faire tout son possible pour montrer sa bonne volonté et assurer l’avenir de son développement européen.

Le constructeur chinois entend embaucher 5500 personnes en Europe dans les quatre à cinq prochaines années, rapporte l’agence Bloomberg. Ce qui porterait sa masse salariale à 13.000 employés en Europe. En France, l’entreprise emploie actuellement 600 personnes.

« Nous pouvons investir davantage »

Avec la baisse continue des coûts des terminaux et la montée en besoin des débits, Huawei pense que la demande du marché des télécommunications va repartir à la hausse en Europe, malgré la crise qui frappe la région.

« Au cours des 10 dernières années, nous avons acquis une compréhension profonde de l’Europe, a déclaré Ken Hu, CEO de Huawei. Nous avons maintenant des partenaires locaux, des centres de recherche et développement. Nous allons continuer à accroître nos investissements sur ce marché. Si nous pouvons avoir du succès en Europe et bénéficier d’un cercle vertueux, nous pouvons investir davantage. »

Le dirigeant s’exprimait dans le cadre du Broader Way Forum 2013 organisé à Paris, hier mercredi 17 avril, à l’initiative de l’entreprise de Shenzen.

Y sont intervenus experts et responsables politiques dont André Santini, maire d’Issy-Les-Moulineaux, Pierre Hérisson, sénateur de la Haute-Savoie et coauteur d’un rapport de mission de contrôle sur les lois THD de 2000 à 2012, ou encore Françoise Benhamou, membre de l’Arcep.

À contre-courant des concurrents européens

Huawei entend donc clairement renforcer sa présence sur le marché européen alors que ses concurrents locaux sont, eux, en phase de restructuration.

Alors que Nokia Siemens Networks a mis en place un plan de suppression de 17.000 postes fin 2011, Ericsson entend supprimer 1500 empois en Suède et Alcatel-Lucent 5500 dans le monde. Mais, selon Ken Hu, « Nous ne sommes pas là pour remplacer Alcatel. Huawei et Alcatel peuvent cohabiter en France et ailleurs comme ils le font en Chine. »

En septembre 2012, Huawei avait déjà annoncé son projet d’investir 1,5 milliard d’euros pour étendre ses opérations en Grande-Bretagne avec création de 700 nouveaux emplois à la clé. Cette fois, il semble que l’équipementier porte son attention sur la France. La visite en Chine que doit prochainement effectuer François Hollande sera probablement l’occasion d’aborder la question.


Voir aussi
Le campus de Huawei à Shenzhen en images


En images : Smartphones : les nouveaux Huawei Ascend en images

Smartphones : les nouveaux Huawei Ascend en images

Image 1 of 10

Smartphones : les nouveaux Huawei Ascend
Terminal haut de gamme, l'Ascend P1 embarque un double cœur à 1,5 GHz avec 1 Go de RAM, 4 Go (que l'on complétera avec de la microSD) d'espace de stockage, le HSDPA à 21 Mbit/s, un capteur 8 Mpx (webcam 1,3 Mpx) et une batterie 1800 mAh derrière un écran super-Amoled de 4,3 pouce (960 x 540 points).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur