Pour gérer vos consentements :

Huawei et ZTE : une menace pour la sécurité américaine ?

« Les entreprises qui ont l’intention de s’équiper chez Huawei devraient chercher un autre fournisseur si elles tiennent à leur propriété intellectuelle, à la vie privée de leurs consommateurs et à la sécurité nationale des États-Unis d’Amérique. » C’est en substance ce qu’à déclaré Mike Rogers dans une interview à la chaîne télévisée CBS, rapporte l’agence Bloomberg.

Mike Rogers est un sénateur républicain du Michigan qui, avec son acolyte démocrate du Maryland Dutch Ruppersberger, est l’auteur d’un rapport sur les équipementiers chinois Huawei et ZTE. Fruit d’une enquête de près d’un an sur les pratiques liées à l’espionnage des entreprises visées, le rapport doit être présenté ce lundi 8 octobre devant les sénateurs américains.

À la solde du gouvernement chinois

Il va sans dire, selon les propos de Mike Rogers, que Huawei et ZTE ne bénéficient pas de la confiance des rapporteurs américains. Les deux fournisseurs chinois sont soupçonnés depuis plusieurs mois d’être à la solde du gouvernement chinois et, dans ce cadre, de profiter des matériels réseaux déployés au sein des entreprises américaines pour espionner leurs activités, quand leurs routeurs ne sont tout simplement pas mis en cause pour leur sécurité.

Huawei comme ZTE ont toujours nié ces accusations rappelant leurs statuts d’entreprises privées totalement indépendantes du gouvernement local et le fait que les conquêtes de parts sur les marchés occidentaux sont le résultat de leurs stratégies d’innovation. Huawei et ZTE sont respectivement deuxième et cinquième sur le podium mondial des équipementiers.

Les deux groupes chinois sont par ailleurs régulièrement soupçonnés de pratiques de dumping pour remporter des marchés à la barbe des équipementiers européens et américains. En réponse, Huawei et ZTE se disent victimes de protectionnisme.

Jean-Marie Bockel à la rencontre de Huawei

En France, le rapport du sénateur (Union centriste) Jean-Marie Bockel sur la cybersécurité recommande également d’éviter les routeurs chinois sur les cœurs de réseaux qui présentent un risque pour la sécurité nationale et à l’échelle européenne.

Selon Les Echos, le sénateur du Haut-Rhin et ancien secrétaire d’État à la Défense, va rencontrer les dirigeants de Huawei dans les prochaines semaines. Ce qu’il n’avait pas fait jusqu’alors. Il devrait également défendre ses conclusions auprès de la ministre déléguée à l’Économie numérique, Fleur Pellerin.

Crédit photo © Mkabakov – Shutterstock


Voir aussi
Galerie Silicon.fr – Le campus de Huawei à Shenzhen en images

Recent Posts

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

6 heures ago

Microsoft peine à convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

6 heures ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

7 heures ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

9 heures ago

Silicon Data Awards 2022 – A vos candidatures !

La 1ère édition des Silicon Data Awards est lancée ! Rejoignez le concours avant le…

9 heures ago

Open Source : entre la SFC et GitHub, le torchon brûle

L'entrée en phase commerciale de Copilot ne passe pas. La Software Freedom Conservancy (SFC) a…

12 heures ago