PME : mesurez-vous aux plus grands !

HPE Persistent Memory – Intel Optane : quelles différences ?

Modules NVDIMM Persistent Memory chez HPE. Solutions SSD Optane chez Intel. Deux offres distinctes, mais non sans points communs. Elles se trouvent en effet toutes deux à la croisée entre mémoire vive et stockage.

Un virage est en train de s’amorcer sur le marché des serveurs avec l’arrivée de solutions mémoire non volatiles. HPE propose ainsi sa première offre NVDIMM (Non-Volatile DIMM), la Persistent Memory, qui pourra prendre place directement dans un serveur en lieu et place d’une barrette mémoire traditionnelle.

La Persistent Memory associe des composants DRAM classiques et un condensateur pour assurer l’alimentation en cas de panne, le temps que les données soient recopiées dans une Flash NAND intégrée. Dès que l’alimentation électrique est rétablie, les données sont copiées de la Flash vers la DRAM.

Le fait d’utiliser de la DRAM permet au processeur d’accéder aux données directement, avec un faible taux de latence. « C’est une solution plus particulièrement intéressante pour les applications critiques qui réalisent de multiples écritures sur disque, explique Patrick Demichel, architecte des systèmes stratégiques chez HPE. Si les nouvelles données doivent continuellement être envoyées au disque, cela a pour conséquence de ralentir l’application. »

La Persistent Memory sera donc très utile pour des applications de type bases de données, ou bien le trading à haute fréquence des banques. L’aspect non volatile de cette offre permettra également de donner de la persistance aux données exploitées par une solution in-memory. Et ainsi de diminuer largement les temps de redémarrage du système. Seule ‘limite’, la capacité de ces modules, qui est restreinte (8/16 Go) par le fait qu’il faut faire tenir composants DRAM et Flash sur une même barrette mémoire.

Intel mise sur Optane, en PCI Express

Chez Intel, la révolution passe par la technologie non volatile 3D XPoint, intégrée pour la première fois dans des unités de stockage, les Optane SSD DC P4800X. La mémoire 3D XPoint permet de disposer de temps de latence très faibles et de débits importants. Là encore, un trait d’union entre les solutions Flash NAND et DRAM.

Quels usages pour les solutions Intel Optane ? « L’une des applications d’Intel Optane est l’in-memory computing, explique Yann Fichant, Responsable Marché SSD, Intel France. Avec des performances se rapprochant en lecture/écriture de celle de la mémoire vive, tout en apportant la persistance de la donnée, et donc une sécurité supplémentaire en cas de panne, Intel Optane offre de nouvelles opportunités pour les applications d’analytique, de big data et de deep learning. »

Là où HPE propose une alternative aux barrettes DRAM, Intel livre une alternative aux solutions de stockage Flash. Moins proche du processeur, mais avec capacités plus importantes : 375 Go, 750 Go et 1,5 To.

Chacun des deux acteurs part donc d’un point différent, mais avec un même objectif : proposer une nouvelle génération de mémoire non volatile. De futures normes devraient permettre de fusionner les deux stratégies. Le JEDEC vient ainsi de présenter le format NVDIMM-P, attendu pour 2018. Il permettra de créer de la mémoire non volatile accessible directement depuis de l’espace mémoire du processeur. Sans devoir recourir pour cela à des composants DRAM.