Hyperconvergence logicielle : qui sont les principaux fournisseurs ?

Quelle base fonctionnelle attendre en matière d’hyperconvergence logicielle ? Calcul, stockage et réseau virtualisés, avec architecture scale-out et gestion unifiée. Telle est la réponse qu’apporte Gartner.

Son Magic Quadrant consacré à ce segment de l’IT liste aussi des capacités additionnelles « liées au cœur fonctionnel ». En l’occurrence :

– Stockage local (DAS) pour chaque nœud

– Haute disponibilité pour le calcul comme pour le stockage

– Services de données (déduplication, compression, correction d’erreurs)

– Choix du matériel serveur et réseau

Et des capacités qu’il considère pour le moment comme annexes :

– Intégration de logiciels tiers de gestion du réseau

– Prise en charge des conteneurs et de Kubernetes

– Gestion des applications sur le cloud public

Certaines de ces capacités étaient requises pour figurer au « carré magique ». Dont le DAS. La présence d’une brique réseau native intégrée à la pile principale ne l’était en revanche pas.

Hyperconvergence : l’œil sur les hyperscalers

Il y avait aussi quelques critères business. Précisément :

– Avoir, au 30 juin 2021, au moins 50 clients en production ; et au moins 25 dans deux des régions géographiques majeures (Amériques, EMEA, Asie-Pacifique)

– Proposer au minimum un support de niveau 1 (call center / service desk) et 2 (accompagnement technique), en direct ou sous-traité

– Prendre en charge les serveurs x86 d’au moins deux fournisseurs – dont au moins un du top 10 mondial – en plus de ceux éventuellement proposés en marque propre

– Posséder la propriété intellectuelle des fonctions gestion et SDS

Le positionnement des fournisseurs dans le Quadrant repose sur deux axes : « vision » et « exécution ». En fonction de celui auquel on donne la priorité, la hiérarchie varie. Aussi, le tableau qui suit n’est pas à prendre comme un classement. Il reprend toutefois l’ordre dans lequel sont placées les quatre typologies d’offreurs : « leaders » (Nutanix, VMware), « challengers » (ici, aucun), « visionnaires » (Microsoft, StorMagic) et « acteurs de niche » (les cinq autres).

  Fournisseur Date de création Siège social
1 Nutanix 2009 États-Unis
2 VMware 1998 États-Unis
3 Microsoft 1975 États-Unis
4 StorMagic 2006 Royaume-Uni
5 Scale Computing 2007 États-Unis
6 Quantum 1980 États-Unis
7 StarWind Software 2003 États-Unis
8 Sangfor Technologies 2000 Chine
9 Huayun Data Group 2016 Chine (Hong Kong)

Les « grands du cloud » ne se sont pas encore glissés dans le classement. Mais cela pourrait ne pas tarder, au vu de leur extension vers les infrastructures internes (AWS Outposts, Google Anthos, Azure Stack Hub…).

Photo d’illustration © envfx – Adobe Stock