Pour gérer vos consentements :
Categories: Cloud

IA cloud : qui sont les principaux fournisseurs ?

Quelques leaders, beaucoup d’acteurs de niche… et pas grand-chose entre ? Le dernier Magic Quadrant de l’IA cloud dépeint un tel paysage concurrentiel. L’angle sous lequel Gartner a examiné le marché joue beaucoup. Le cabinet américain a choisi le prisme des développeurs. Avec un postulat : ayant peu d’expertise en data science, ce public aura d’autant plus tendance à s’appuyer sur le machine learning automatisé (AutoML).

Ce dernier constitue le seul critère technologique obligatoire* pour figurer au « carré magique ». Les autres briques prises en considération sont « facultatives ». Elles se répartissent en deux catégories. D’un côté, les services de traitement du langage : interprétation et production, analyse de texte ou de sentiment, reconnaissance et synthèse vocales, traduction et chatbots. De l’autre, ceux qui relèvent de la vision : reconnaissance d’images, analyse de vidéos et OCR.

Prevision.io : un fournisseur français distingué

Le positionnement des fournisseurs dans le Quadrant repose sur deux axes : « vision » et « exécution ». En fonction de celui auquel on donne la priorité, la hiérarchie varie. Aussi, le tableau qui suit n’est pas à prendre comme un classement. Il reprend toutefois l’ordre dans lequel sont placées les quatre typologies d’offreurs : « leaders », « challengers », « visionnaires » et « acteurs de niche ».

Fournisseur Date de création Siège social
1 Microsoft 1975 États-Unis
2 Google 1998 États-Unis
3 IBM 1911 États-Unis
4 Amazon Web Services 2002 États-Unis
5 H2O.ai 2012 États-Unis
6 Alibaba Cloud 2009 Chine
7 Aible 2018 États-Unis
8 Baidu 1999 Chine
9 Tencent 1998 États-Unis
10 Clarifai 2013 États-Unis
11 Prevision.io 2016 France
12 Salesforce 1999 États-Unis
13 Oracle 1977 États-Unis

AutoML tel que défini ici couvre cinq usages principaux : préparer des données, les enrichir (feature engineering), concevoir des modèles, les gérer et les déployer. Gartner ne tient pas compte de ceux proposés uniquement à des partenaires dans le cadre de contrats de service. Ni de ceux que les fournisseurs n’ont pas conçus en interne.

Absents du Quadrant 2020, Alibaba et Baidu doivent leur inclusion à l’assouplissement d’un critère : plus besoin de couvrir plusieurs grandes plaques géographiques. SAP, au contraire, n’est plus de la partie. La conséquence d’un changement de stratégie. L’éditeur allemand réserve désormais ses services d’IA à ses produits.

* Il fallait aussi avoir réalisé, en 2019, au moins 15 millions de dollars de chiffre d’affaires grâce à ces services. Ou alors avoir, au cours de cette même année, rallié au moins 50 grandes entreprises à sa clientèle.

Photo d’illustration © immimagery – Adobe Stock

Recent Posts

Chargeur universel : l’USB-C, spectre mondial pour Apple

L'aboutissement des démarches de l'UE sur la question du « chargeur universel » a suscité…

20 minutes ago

Pistage : les navigateurs ne s’attaquent pas qu’aux cookies

Dans la lignée de Brave, Firefox met en place un mécanisme de filtrage de certains…

15 heures ago

Open Source : la Fondation Linux veut normaliser l’accès aux DPU

L’effort porte sur la standardisation de la pile logicielle prenant en charge les processeurs de…

17 heures ago

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

17 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

22 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

2 jours ago