IBM accusé d’enfouir des déchets toxiques

Régulations

Le géant de l’informatique est-il un infâme pollueur ? Big Blue dément

IBM débute cette nouvelle année de manière mouvementée. Selon l’agence de presse Reuters, des habitants de deux villes de l’Etat de New York auraient engagé une plainte à l’encontre du géant de l’informatique américain.

Selon eux, entre 1924 et 2002, Big Blue aurait tranquillement enfoui des déchets toxiques sur le site d’Endicott, lieu de naissance de la firme. Pire. La présence de trichloroéthylène et de tétrachloroéthylène dans les rebuts seraient à l’origine de malformations natales et de cancers.

Big Blue, par son porte-parole, a réfuté “vigoureusement” des “accusations qui n’ont aucun fondements scientifiques“.

Le fait, loin d’être anodin suscite bien des interrogations. IBM, comme nombre d’acteurs du secteur, a tout au long de l’année 2007 fait part de projets allant dans le sens de la sauvegarde environnementale. Big Blue a même initié un programme de gestion et de retraitement d’équipements électroniques en fin de vie. Néanmoins, la plainte déposée par ces habitants permet, à défaut d’être vérifiée, de mettre le doigt sur les pratiques de grands groupes de l’industrie.

Rappelons qu’en Europe, depuis le 1er juillet 2006, une directive ROHS (limitation d’usage de produits dangereux dans la fabrication d’équipements électriques et électroniques) suspend l’usage des substances dangereuses dans la fabrication des équipements visés. Le continent européen n’est pour autant pas protégé de tels abus.

De fait, l’UE pourrait être amenée à s’intéresser aux activités du géant en Europe…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur