IBM cède 217 brevets à Google : de quoi aider la firme dans son combat contre Oracle ?

CloudMobilitéOS mobiles

Le portefeuille de brevets défensif de Google se renforce via le transfert de 217 brevets en provenance d’IBM.

Google étoffe son portefeuille de brevets via un nouvel accord de transfert technologique signé avec IBM. Le géant de la recherche Internet récupère 217 brevets, liés pour l’essentiel au monde du web et de la mobilité.

Google pourra ainsi renforcer les défenses autour du système d’exploitation Android, attaqué par Apple et Microsoft, mais aussi par Oracle, qui conteste la légalité de la machine virtuelle Dalvik (placée au cœur d’Android).

Un transfert à large échelle

De ces atomes crochus qu’entretiennent les entreprises de Mountain View et Armonk découlent désormais, à intervalles réguliers, de tels transferts de propriété intellectuelle, précisent nos confrères d’ITespresso.fr. Depuis juillet dernier, Big Blue a ainsi cédé à son vis-à-vis plus de 2000 de ces titres d’exploitation exclusive, sans toutefois qu’aucune des deux parties évoque les tenants et les aboutissants de ces transactions. Dans le courant de l’été, on évoquait déjà le transfert d’un millier de brevets dans le même sens (IBM vers Google).

Les registres de l’USPTO, l’office américain des dépôts de brevets, font état de 29 éléments en cours de validation, quand 188 autres, en guise d’épilogue à un exercice 2011 mouvementé, ont d’ores et déjà trouvé place dans l’escarcelle de Google. Leurs en-têtes décrivent, dans leurs grandes lignes, un vaste champ d’applications, de la mise en cache de données à la gestion des performances d’un réseau sans fil, en passant par des composantes plus concrètes comme les diaporamas, la visioconférence et le traitement des courriels.

Crédit photo : © Google


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur