IT hybride : IBM Cloud Private for Data s’intègre à Red Hat OpenShift

CloudDatacenters

Faciliter l’analyse de données et l’exécution de charges de travail en environnement hybride c’est l’objectif de la certification d’IBM Cloud Private for Data pour OpenShift.

La firme d’Armonk (New York) a confirmé la certification de sa plateforme IBM Cloud Private for Data (ICP for Data) pour OpenShift de Red Hat. L’éditeur de technologies Open Source et Big Blue ont étendu leur partenariat en mai dernier. Il s’est concrétisé cet été.

L’initiative témoigne d’une intégration poussée entre OpenShift, la plateforme d’applications conteneurisées de Red Hat, et ICP for Data. Un outil d’ingénierie des donnnées qui utilise l’apprentissage automatique. Il est basé sur la solution de cloud privé d’IBM (IBM Cloud Private ou ICP, donc) dévoilée en novembre dernier.

Aussi, en s’intégrant avec OpenShift, ICP for Data peut également se connecter à HortonWorks. Partenaire d’IBM et éditeur d’une distribution du framework Hadoop. HortonWorks (Data, DataFlow et DataPlane) est également certifié pour OpenShift.

Intelligence artificielle

IBM et Red Hat veulent donc faciliter l’exécution de charges de travail en environnement hybride (architectures locales, multi-cloud et edge). Ces efforts s’inscrivent plus largement dans la stratégie d’intelligence artificielle d’IBM et de son écosystème.

Parallèlement, le groupe a annoncé le lancement d’une nouvelle édition d’ICP for Data. Elle est nommée IBM Cloud Private Experiences for Data. Cette version d’essai permet aux développeurs et aux clients en devenir d’expérimenter l’offre.

Enfin, ICP for Data a été complétée d’une technologie permettant aux utilisateurs d’effectuer des requêtes d’analyse (Queryplex) pour accéder aux données où qu’elles se trouvent. « Comme si la recherche était effectuée dans une unique base de données », selon IBM. Et ce que les données soient issues de terminaux, serveurs, capteurs de l’IoT, système embarqués… « C’est comme si nous donnions aux utilisateurs la possibilité de ‘SQLer’ le monde entier », s’est enthousiasmé Rob Thomas, directeur général d’IBM Analytics, en marge d’une conférence ‘maison’ dédiée à ces thématiques.

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur