IBM étend les machines virtuelles sur les mainframes

Régulations

600 machines virtuelles Linux sur un mainframe IBM z9 Series

Le Marist College de l’Etat de New York (USA) a été le premier, en 2000, à tester le concept de machines virtuelles Linux sur son vieillissant mainframe IBM z990, à destination des étudiants et de l’administration.

Chaque élève peut ainsi disposer d’une machine virtuelle pour exécuter Apache, MySQL, ou encore les deux.

En doublant son équipement avec un mainframe IBM z9 sous système d’exploitation z/VM avec la release 5.3, qui a permis de passer de 24 à 32 CPU, le Marist College a pu basculer d’une douzaine de machines virtuelles précédemment acceptées par le mainframe à 600 machines virtuelles Linux.

En théorie, chaque machine virtuelle peut gérer jusqu’à 128 Go de mémoire, ou encore via z/VM gérer plusieurs machines virtuelles afin d’augmenter ses capacités. La limite est imposée par la capacité du z9, 512 Go de mémoire.

Le système est géré globalement par l’outil IBM Tivoli Omegamon XE, capable d’identifier, d’isoler et de corriger les problèmes des machines virtuelles.

Le Marist College prolonge donc son expérience en passant aux 600 machines virtuelles Linux, une première en application de terrain. Mais le mainframe z9 est encore loin d’avoir dévoilé toutes ses capacités ! Chez IBM, l’expérience a été poussée jusqu’à un peu plus de 1000 machines virtuelles?

Avec cette nouvelle poussée technologique, Big Blue apporte un démenti cinglant à ceux qui prônent la fin du mainframe. Au contraire, avec la virtualisation, celui-ci a trouvé une nouvelle jeunesse et continue de séduire de nouveaux adeptes, en Chine, en Inde et en Afrique du Sud notamment.

Le Marist College


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur