IBM fête les 40 ans du mainframe et annonce son dernier-né, le zSeries 890

Régulations

Le 7 avril 1964, Big Blue mettait sur le marché son premier ordinateur grand système, le System/360. 40 ans plus tard, les mainframes ne sont pas morts. Au contraire: l’histoire d’amour continue avec les grands comptes, et le « petit dinosaure » z890 est né avec ses 26 Mips

Réception dans un haut lieu de la gastronomie parisienne, suspense orchestré avec la signature d’un « NDA » -i>non disclosure agreement

(engagement de confidentialité jusqu’à 4h00 ce matin!), informations distillées au compte goutte… Big Blue a sorti les grands plats ce 6 avril. Et pour une grande cause: les 40 ans des « mainframes ». Avant le gâteau d’anniversaire, nous avons accès à l’annonce du jour: IBM croit tellement aux grand systèmes qu’ils doivent intéresser les plus petits des… grand comptes!  »

Nous voulons ouvrir les mainframes aux petites puissances« , a commenté Nicolas Sekkaki, vice-président systems sales d’IBM région EMEA/West. Le petit nouveau s’appelle zSeries 890: sur le papier, il vient relayer le zSeries 800 introduit, en entrée de gamme, il y a deux ans seulement. Avec une configuration de base démarrant à 26 Mips (millions d’instruction par seconde), et un investissement initial de 200 Keuros, ce petit monstre (rebaptisé « Ptérodactyle » dans la mythologie ibmesque ) cache son jeu. Car il est très évolutif: 28 niveaux de puissance possibles, jusqu’à 460 Mips. En clair, il est appelé à prendre la relève du z800, mais, vieille coutume dans les systèmes hôtes de la marque bleue, il vient recouvrir les plates-bandes de la série supérieure, celle du zSeries 900 introduit en 2000. « Ce sont nos clients qui nous le demandent. Nous répondons avec une extrème granularité dans l’échelle de puissance« , explique Patrick Kesler, directeur des serveurs eSeries chez IBM France, Belgique, Luxembourg. La puissance « on demand »: la machine est livrée avec sa capacité intrinsèque quasi maximale en termes de processeurs. Le client peut lui-même activer un code de débridage: l’échelle des Mips s’élève alors à volonté (et la facture avec, proportionnellement, bien sûr) -mais, c’est nouveau, avec la possibilité de rétrograder, donc d’absorber à la demande des pics de ressources nécessaires et maîtrisés. On l’aura compris: le z890 est très modulaire. Il est livré avec 1 ou plusieurs « moteurs » (« ways« , correspondant chacun à un processeur maître). ( A suivre )


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur