Pour gérer vos consentements :
Categories: JuridiqueRégulations

IBM coupable de « fraude au mainframe » ?

IBM a-t-il roulé ses actionnaires ? Une class action vient en tout cas d’être lancée en leur nom aux États-Unis. Plus précisément, au nom de quiconque a acquis des titres entre le 4 avril 2017 et le 20 octobre 2020.

La plainte vise le groupe américain et quatre de ses dirigeants ou ex-dirigeants. En l’occurrence, Virginia Rometty (CEO de 2012 à 2020), Arvind Krishna (son successeur), Martin Schroeter (DAF de 2014 à 2017 ; actuellement CEO de Knydryl) et James Kavanaugh (actuel DAF).

Au cœur du débat, il y a deux boussoles qu’IBM avait identifiées pour porter la diversification de ses activités. D’un côté, les « impératifs stratégiques » – que nous appellerons IS. De l’autre, la création de cinq segments de revenus : cloud, analytics, mobile, sécurité et social (CAMSS).

Licenciements et mobilités internes

Que dit la plainte ? De 2015 à fin 2018, IS et CAMSS sont devenus des métriques de référence pour IBM. Tout du moins celles à travers lesquelles l’entreprise a tenté de prouver l’efficacité de sa « réinvention en société de services informatiques ».

À ces fins, IBM aurait fraudé. Au mépris des règles comptables, il aurait reporté des milliards de dollars de revenus de l’activité mainframe vers IS et CAMSS. À partir de 2019, ces deux « boussoles » ont disparu de la communication. La notion de « revenu annuel total » s’est substituée à la métrique IS, avec une influence sur le calcul des primes annuelles des employés. Parmi eux, « des centaines, si ce n’est des milliers » auraient fait l’objet de licenciements ou de mobilités internes, afin de dissimuler la fraude… qui se poursuivait.

Les dirigeants d’IBM, affirment les plaignants, ont eu tout intérêt à encourager cette fraude. Autant pour ses effets bénéfiques sur la valeur de l’action que sur leurs bonus. Dans ce cadre, ils auraient soumis « environ 5000 employés » au même régime ; avec les incitations correspondantes.

La fraude aurait pris fin à partir de l’annonce des résultats du 4e trimestre 2021. Le nouveau modèle économique, porté par l’acquisition de Red Hat, commençait semble-t-il à porter ses fruits.

Au gré de ses communications financières, IBM a distillé des indices relatifs à cette fraude, sans jamais admettre son existence, assurent les plaignants. Il en résulte deux griefs pour violation du Securities Exchange Act, qui régule les marchés financiers secondaires.

Photo d’illustration ©

Recent Posts

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

1 heure ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

6 heures ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

23 heures ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

23 heures ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

24 heures ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

1 jour ago