IBM, HP et Red Hat s’attaquent à VMware

Open SourceRéseauxVirtualisation

Des grands noms de l’industrie s’allient pour proposer une alternative open source aux technologies de virtualisation propriétaires. VMware figure dans le collimateur mais aussi Microsoft.

Comment attaquer la tour d’ivoire VMware? En s’alliant. C’est du moins la démarche entreprise par IBM, HP, Red Hat, Intel, SUSE (désormais division de Attachmate), BMC ou encore Eucalyptus Systems qui viennent de fonder l’Open Virtualization Alliance. Objectif : alimenter et développer les technologies de virtualisation sur le modèle open source, essentiellement autour de la plate-forme KVM (Kernel-based Virtual Machine).

L’alliance se donne pour mission de supporter et éduquer les entreprises et développeurs aux technologies de virtualisation, surtout si elles sont alternatives aux offres de VMware, et Microsoft potentiellement. L’objectif étant d’aider les organisations à comprendre les enjeux de la virtualisation face à leurs besoins propres afin d’assurer un basculement éventuel en douceur et le mieux adapté à leurs activités.

« Avec la formation de cette alliance, nous franchissons une étape importante avec d’autres leaders de l’industrie pour s’assurer que les entreprises disposent d’une solution de virtualisation ouverte alternative », précise Inna Kuznetsova, vice présidente pour la branche Systems & Technology d’IBM.

« Quand une entreprise domine l’industrie, l’innovation souffre, et les clients en paient le prix, attaque plus frontalement Scott Crenshaw, vice-président et directeur général de la division, Cloud Business chez Red Hat. Red Hat et la communauté open source brisent le monopole de la virtualisation fermée, et permettent de meilleures performances, évolutivités, et sécurité – et de meilleures économies. Nous sommes heureux de voir la poursuite de l’élan dans le changement du marché de la virtualisation comme nous l’avons fait avec les systèmes d’exploitation fermés et les middleware d’entreprise. » On ne peut être plus clair quant aux intentions de l’alliance. L’open source vaincra?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur