IBM instille du deep learning à Watson avec AlchemyAPI

Business IntelligenceCloudData & StockageDSIProjets

Le superordinateur Watson ne cesse de progresser en performance et en analyse. IBM vient de racheter AlchemyAPI pour lui apporter du Deep Learning.

IBM a annoncé l’acquisition d’AlchemyAPI, une entreprise fondée à Denver il y a 10 ans par Elliot Turner. Lequel expose son ambition sur son site : « Nous pensons que nous sommes entrés dans une nouvelle ère où les ordinateurs développent une compréhension profonde de la langue et de la vision humaine. Ces avancées aboutiront à une explosion des applications exploitant les données non structurées présentes dans notre monde afin d’améliorer nos vies et nos entreprises. »

Pour réaliser cette ambition, AlchemyAPI s’appuie sur des technologies de « deep learning », c’est-à-dire d’apprentissage en profondeur (cf schéma ci-dessous). Cette discipline souvent rapprochée du machine learning (apprentissage automatique) vise à trouver des éléments informatiques permettant à un réseau de neurones artificiels d’apprendre sur le modèle du cerveau humain. AlchemyAPI s’appuie donc sur ce processus pour analyser de multiples sources, sites web, blog, email, photo, vidéo, texte, etc pour établir des prédictions.

AlchemyAPI plateforme

 Watson encore plus intelligent

Fort de cette expertise, IBM a annoncé dans un communiqué que la plateforme développée par AlchemyAPI trouverait sa place au sein de l’ordinateur cognitif Watson. L’idée est d’améliorer et de renforcer les connaissances et les performances de Watson dans le prédictif. Il y a un an IBM avait annoncé le lancement d’une division propre à son ordinateur cognitif et l’a ouvert à différents métiers : chercheurs, finances, distribution, santé, etc. Par ailleurs, Big Blue a investi pour l’améliorer à travers notamment le rachat de Cogea (assistant virtuel).

Avec l’acquisition d’AlchemyAPI, IBM participe à un mouvement déjà initié depuis quelques mois par d’autres acteurs comme Google, Microsoft et Facebook. Le réseau social par exemple a recruté un spécialiste français de l’intelligence artificielle, Yann Le Cun. La firme de Mountain View a été très active avec le rachat de Deepmind et récemment le recrutement de spécialistes de l’IA d’Oxford. Elle accueille depuis 2013, Geoffrey Hinton considéré comme le papa du Deep learning. Quant à Microsoft, il travaille depuis plusieurs années sur l’intelligence artificielle et annoncé le lancement d’une offre Machine Learning sur Azure.

A lire aussi :

Machine Learning : IBM Watson fait son entrée dans les applications d’entreprise
Le Machine Learning déniche la beauté dans les portraits numériques

Crédit photo : agsandrew / Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur