IBM lance une offre ‘Risk & Compliance’ pour les banques

Cloud

Le géant mondial de l’informatique propose une solution qui optimise et met en confirmité les opérations bancaires selon la nouvelle réglementation Bâle II Capital Accord

Cette nouvelle offre vise des institutions financières. Elle regroupe logiciels, équipements et services de consulting. Baptisée ‘Risk and Compliance’, cette solution doit permettre aux banques d’établir des liens entre des référentiels de données dispersés géographiquement. Les bonnes informations sont rendues accessibles de façon automatique. Par exemple, en présentant une seule vue intégrée de sources de données disparates, réparties à l’échelle de l’entreprise, le système permet de réduire de plusieurs semaines à quelques heures le délai nécessaire pour identifier les divergences entre deux états financiers à rapprocher. Ces derniers pourront être générés automatiquement avec indication des divergences entre le grand livre de la banque et les transactions enregistrées. La solution d’IBM identifie, par exemple, la source d’information originale utilisée pour déterminer le potentiel de risque des prêts accordés et les comparer avec les résultats des transactions. Les banques pourront ainsi mettre au point des offres de prêts financiers pour des clients au profil similaire. Le dispositif vise également à être conforme aux recommandations Bâle II sur les obligations de transparence et d’archivage des banques (lire ci-après).

Ces dispositions font partie d’un nouvel ensemble de réglementations, comme Sarbanes-Oxley, visant la lutte contre le blanchiment ou les normes internationales régissant la comptabilité et les états financiers. Les accords Bâle II Capital Accord

Les accords dits Bâle II Capital Accord portent notamment sur l’archivage, l’accès, la présentation et l’analyse sur plusieurs années des données client et opérations. Et cela de façon

spécifique et rigoureuse, est-il souligné. Cet accord demandera aux banques d’évaluer les taux appliqués par défaut aux prêts accordés il y a plusieurs années aux clients d’une même industrie ou d’une même région. Une première dans l’histoire. Ces accords ne sont que des recommandations formulées par le Comité sur le contrôle bancaire de la Banque des Règlements Internationaux (BRI), basée à Bâle (Suisse). Mais il s’agit bien de directives officielles visant à standardiser les pratiques de gestion des risques d’insolvabilité, risques du marché et risques d’exploitation. Ces dispositions font suite à des pertes colossales (de plusieurs milliards de dollars!) constatées au cours de la dernière décennie; des pertes dues à des fraudes mais aussi à une mauvaise gestion des risques. D’après le rapport «Credit Risk Management and Bâle II in European Financial Services» publié le 11 décembre 2003 par Datamonitor, société de conseil britannique, les banques européennes devront investir près de 4 milliards de dollars en logiciels et services au cours des deux prochaines années pour se conformer à ces recommandations. Fin 2006, ces directives imposeront aux banques d’avoir toujours à portée de main de trois à sept années d’informations (autrement dit, plusieurs téraoctets de données en archives).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur