IBM modifie la vidéo en ligne pour les malvoyants

Régulations

Les laboratoires d’IBM à Tokyo ont développé un outil qui permet de compenser
la frustration du ‘streaming vidéo’ pour les mal-voyants

La vidéo en ligne, pour performante qu’elle soit, n’est pas adaptée aux internautes malvoyants. D’une part, le débit heurte trop souvent la capacité de lecture de ces personnes, mais surtout elles ne disposent pas d’outils pour contrôler la diffusion, hors des boutons sur la page web qui leurs sont rarement accessibles.

Le laboratoire de recherche d’IBM à Tokyo a pris la mesure de cet handicap, et a développé un outil logiciel ? qui n’a pas encore de nom ? qui permet de piloter le streaming vidéo non plus sur l’écran du navigateur, mais à partir de raccourcis clavier.

Via des touches du clavier, l’internaute malvoyant peut par exemple lancer la vidéo, revenir en arrière, augmenter ou réduire le son, donner la priorité à un son plutôt qu’un autre (lorsque l’utilisateur écoute de la musique tout en chargeant une vidéo ou en utilisant un traducteur vocal qui lit le texte qui s’affiche à l’écran).

Plus encore, il peut manuellement régler le débit du son et l’augmenter, beaucoup de malvoyants considèrent généralement que le débit du streaming est trop lent. Il peut également lire le contenu de métadonnées qui s’affichent en sous titre.

Certes, certaines de ces fonctionnalités – comme les raccourcis claviers – existent sur les lecteurs médias, mais combien d’utilisateurs les connaissent, et comment les malvoyants peuvent-ils ‘lire’ l’éventuelle documentation en ligne qui accompagne ces solutions ?

La solution d’IBM a au contraire la vocation de devenir universelle. Ecrite en Java, elle supporte Internet Explorer et a été testée avec succès, dans un premier temps, sur Adobe Flash Player et Microsoft Windows Media Player.

Elle rejoint d’autres applications précédemment développées par IBM à destination des mal et non voyants – une problématique qui touche majoritairement des personnes qui dépassent l’âge de 50 ans (82 % des mal voyants) – comme l’ajustement du contraste des couleurs ou de la taille des caractères, ou encore le projet de navigateur vocal (parlant).

L’application a été développée en trois ou quatre mois par une équipe de quatre scientifiques sous la direction du professeur Chieko Asakawa, un chercheur d’IBM aveugle depuis l’âge de 14 ans ! Elle pourrait modifier rapidement l’accès au web aux mal voyants, et pour en accélérer le développement Big Blue a annoncé qu’il devrait la rendre accessible à la communauté via l’Open Source Consortium.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur