IBM part à la conquête de l’internet des objets

CloudM2M

Un protocole et une appliance au service de l’internet des objets, IBM met le paquet sur sa dynamique Smart Planet afin de gérer les milliards d’objets intelligents connectés.

22 milliards, c’est le nombre d’objets qui seront connectés en 2020, selon une étude d’IMS Research. Ils produiront au quotidien plus de plus de 2,5 trillions d’octets de nouvelles données. Et il faudra des outils pour pouvoir gérer ces objets, les capteurs, les applications, le trafic, etc.

IBM MessageSight

C’est là qu’IBM, via sa technologie MQTT (Message Queuing Telemetry Transport), propose une première solution sous la forme d’une appliance, une ‘box’, nommée IBM MessageSight, destinée au traitement parallèle et en temps réel de grands volumes d’événements, et donc d’accompagner la prise de décision sur les objets connectés.

IBM MessageSight, qui rejoint le portefeuille des solutions IBM MobileFirst, serait capable de supporter un million de capteurs ou de dispositifs intelligents en simultané, et de gérer jusqu’à 13 millions de messages par seconde.

Le MQTT, le HTTP du M2M

La stratégie d’IBM repose sur MQTT qui, entre les mains de l’organisation de standardisation OASIS, est devenu le protocole standard de l’internet des objets. L’objectif de ce protocole est de réduire la taille des message et des systèmes de transport des communications avec les environnements mobiles, et surtout avec les environnement machine to machine (M2M).

La problématique du M2M est que les objets connectés doivent pouvoir communiquer rapidement, mais sans trop consommer d’énergie. Selon IBM, MQTT réduirait la consommation par 10 tout en offrant une accélération par 93 de la vitesse de transfert. De quoi affirmer que MQTT est l’équivalent pour l’internet des objets du HTTP pour le web…

Internet des objets, la technologie à suivre

L’annonce d’IBM est importante car elle apporte un premier élément de réponse à la montée rapide de l’internet des objets (internet of things), ou plus précisément la couche de communication destinée à piloter les objets connectés intelligents et à absorber les données qu’ils créent. Un seul domaine peut être comparé à ce mouvement, il en est d’ailleurs très proche : les télécoms. Avec une différence essentielle; un utilisateur possède de un à cinq outils communicants (téléphone, smartphone, tablette, etc.) alors que l’utilisateur d’une voiture peut s’asseoir sur plusieurs centaines de capteurs, et tous peuvent/doivent communiquer.

Quelle sera l’impact sur les IT ? Elle pourrait être considérable et sera certainement aussi importante que le cloud computing, tout en s’appuyant sur les technologies dans le nuage. De plus en plus, l’intelligence d’un objet sera déportée dans un datacenter, le device se contentant de collecter les données pour les transférer à ce dernier, celui-ci déterminant l’action à mener qui sera communiquée en retour à l’objet pour action.

Et pour piloter cette relation, une appliance, comme IBM MessageSight. Conclusion, si IBM semble vouloir se couper des serveurs standards en technologie x86 (lire « Rumeur : IBM va-t-il céder ses serveurs x86 à Lenovo ? »), il ne quitte pas pour autant le monde du ‘hardware’. Big Blue cible même beaucoup plus gros.

Ce qui se traduit tout simplement par : internet des objets, la technologie à suivre…


Voir aussi
Dossier : Internet est-il prêt pour l’Internet des Objets (M2M) ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur