IBM perdait de l’argent sur les PC, depuis longtemps…

Cloud

Big Blue a révélé que sa division PC n’était plus profitable depuis 3 ans, malgré la délocalisation de sa fabrication décidée en 2001

IBM doit faire face à de nombreuses critiques depuis l’annonce de la cession de sa division PC au groupe chinois Lenovo. En dévoilant à la SEC ? le gendarme de la Bourse américaine ? les chiffres des résultats de sa division, le géant de l’informatique est venu confirmer le bien fondé de son renoncement sur ce créneau industriel.

En 2001, la division a perdu 397 millions de dollars, puis 171 millions en 2002, 258 millions en 2003, et même 139 millions sur le premier semestre 2004, pour un chiffre d’affaires sur cette dernière période de 5,2 milliards de dollars. Afin d’inverser la tendance ? en vain ! ? IBM avait en 2002 mis fin à une partie de sa production, en Amérique du Nord et en Europe tout du moins, en externalisant cette dernière chez Sanmina-SCI, puis en lui cédant une partie de ses unités de production en 2003, ainsi qu’à Great Wall Technology, son usine chinoise de Shenzen /Hong Kong. Malgré la cession des activités PC d’IBM à Lenovo, Sanmina-SCI devrait conserver la fabrication des ordinateurs de la marque. Ne fabrique-t-il pas déjà des PC pour le chinois ? En tout cas, la Bourse a maintenu sa confiance dans le titre Sanmina-SCI ! La cession de la division PC d’IBM à Lenovo met fin à des décennies de pratiques de délocalisation? et d’outsourcing. Petit rappel historique, dès la fin des années 1970, IBM n’est-il pas allé rechercher le processeur de son PC chez Intel et son système d’exploitation chez Microsoft ? En omettant d’ailleurs de protéger intellectuellement le concept et la technologie du Personal Computer, avec les conséquences que l’on sait ! La concurrence cherche à tirer profit de la cession

L’

Economic News, journal de référence taiwanais, rapporte la rage des distributeurs IBM asiatiques sur le marché des PC depuis l’annonce du rachat de la division PC de Big Blue par Lenovo, premier et incontournable acteur chinois de ce marché en Asie. Ce mécontentement n’a pas échappé aux concurrents d’IBM, qui n’ont pas manqué de jeter de l’huile sur le feu. Deux slogans relevés dans la presse de Taiwan : “evaporate IBM signé HP et “IBM has gone” signé Dell.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur