IBM Pulse 2011 : la DSI comme force d’innovation

DSIRéseaux

Lors de son événement Tivoli à Las Vegas, IBM a exposé sa vision de l’ISM (Integrated Service Management), et souligné intérêt pour le standard OSLC.

Succès croissant pour cette édition 2011 de Pulse, l’événement annuel d’IBM consacré à sa plateforme Tivoli avec plus 7.000 participants, contre 5.000 l’an passé. Assez logique pour une catégorie de logiciel au cœur des évolutions actuelles : cloud, virtualisation, provisionnement…

La DSI, plus stratégique, doit rendre des comptes

« Vous êtes les spécialistes de l’infrastructure informatique devenue indispensable dans la stratégie des entreprises, et ce, dans tous les secteurs économiques. Une informatique qui devient aussi de plus en plus complexe… et de moins en moins contrôlée et maîtrisée », a lancé à l’assistance Scott Hebner, vice-président du marketing pour Tivoli chez IBM.

Pour relever les défis de gestion et de réduction des coûts, la DSI doit devenir plus réactive et innovante en apportant plus de valeur ajoutée aux métiers de l’entreprise. « Désormais, la DSI doit démontrer concrètement le retour sur investissement des solutions informatiques, et devenir une force d’innovation afin d’étendre la valeur ajoutée des métiers. Il faut arrêter d’investir dans des technologies qui n’apportent aucune valeur ajoutée aux activités de l’entreprise », préconise Daniel Sabbah, directeur général de Tivoli Software chez IBM.

Une gestion intégrée de tout le SI

Les trois mots clés de Pulse 2011 sont : Visibilité (supervision en temps réel), Contrôle (réagir vite et efficacement) et Automatisation (devenir performant). « Le cloud computing permet de proposer des systèmes optimisés pour fournir une information fédérée et cohérente, grâce à l’Integrated Service Management [gestion de service intégrée] », lâche Daniel Sabbah. L’ISM (Integrated Service Management) consiste à gérer en une vision unique tous les éléments du système informatique pour fournir des services de façon sécurisée, en intégrant les contraintes métier et réglementaires. En outre, IBM lie étroitement le déploiement des services et leur optimisation à l’activité de l’entreprise.

IBM met en avant le standard OSLC

Le modèle d’ISM proposé est ouvert aux partenaires qui apportent leurs solutions et contribuent aux meilleures pratiques. Et surtout, IBM met en avant le standard OSLC (Open Services for LifeCycle Collaboration), pour une intégration avec IBM Rational Jazz). Cette architecture ouverte rend possible la fédération de données, des interactions dynamiques et des services communs. « Cette communauté est très active, rapporte Daniel Sabbah. Elle compte déjà onze groupes de travail, plus de 390 membres inscrits, et plus de 34 entreprises y participent. »

Retrouvez l’intégralité de cet article sur SiliconDSI.
___
WEBCONFERENCE: lundi 14 mars, 14h30
Les nouveaux services collaboratifs en mode ‘cloud’: session interactive de 30 minutes en direct sur Internet. Evaluation d’IBM LotusLive avec des témoignages clients. Réservez, posez vos questions!


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur