IBM regroupe sa R&D française dans France Lab

Logiciels

En concentrant ses ressources de R&D française dans une unique structure de recherches, IBM espère optimiser la visibilité de ses développements en France.

Regrouper pour mieux innover. Tel pourrait être le credo d’IBM France. La filiale française de l’entreprise d’Armonk, située à Colombes en région parisienne, décide de fédérer l’ensemble de ses laboratoires de recherches au sein d’une nouvelle structure. Baptisée France Lab, celle-ci regroupe désormais les équipes de développement logiciel et matériel de Big Blue.

Selon IBM France, cette nouvelle fédération de 700 chercheurs et ingénieurs devrait permettre de donner plus de poids sur le marché à ses innovations avec le développement de plusieurs projets en parallèle. Le fonctionnement de la R&D en France devrait ainsi permettre d’optimiser la visibilité des développements logiciels et matériels réalisés localement, tout en favorisant la collaboration entre les organismes de recherche, les clients d’IBM et les entreprises françaises.

60 milliards de dollars en 10 ans

L’innovation est stratégique pour IBM. Et fait même parti de ses gênes, Armonk étant régulièrement classée en tête des entreprises qui déposent le plus de brevets chaque année. Ces dix dernières années, IBM a investi plus de 60 milliards de dollars en recherche et développement à travers ses 9 centres d’innovation qui emploient 3000 chercheurs.

Plus soudés et en mutualisant leurs savoirs, les équipes R&D d’IBM en France pourront ainsi plus aisément enrichir les gammes de solutions d’IBM à l’échelle mondiale, note ITespresso.fr. En faisant de France Lab l’interlocuteur privilégié en France pour l’activité de recherche et développement, IBM poussera la collaboration à l’international avec les autres centres de R&D dans le monde.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur