IBM revient au naturel des molécules

Régulations

L’originalité de la découverte de deux chercheurs d’IBM provient moins de l’exploitation de fonctionnalités atomiques et moléculaires naturelles que de leur capacité à intégrer l’industrie

Alors que leurs concurrents cherchent à réorganiser la matière au niveau de l’infiniment petit, afin de construire des transistors dont la taille permettra de placer toujours plus de circuits sur une surface réduite à sa plus simple expression, Chuck Black et Kathryn Guarini ont orienté leurs recherches dans une autre direction.

Les deux chercheurs d’IBM ont privilégié le modèle naturel des molécules comme un pochoir que traverse la lumière afin de graver des circuits de mémoire flash dans le silicium. Leur modèle serait donc le premier qui ne demande pas à connecter des circuits. Par opposition aux autres axes de recherche, la méthode pourrait s’intégrer aux processus industriels existants. En particulier, ils exploitent une combinaison de deux polymères dérivés du plexiglas et du polystyrène. Selon IBM, les premiers prototypes sont attendus d’ici trois à cinq ans. Chuck Black affirme que la méthode préfigure l’orientation finale des nanotechnologies. “Nous reproduisons le modèle que la nature nous a donné et nous faisons quelque chose avec. Nous la comprenons et nous savons comment construire des choses avec elle“. Simple, non?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur