IBM révise sa copie sur le conseil

Régulations

IBM présente sa nouvelle vision du conseil : l’usage des systèmes informatiques devient une priorité, après des années consacrées à l’équipement

Issue du rachat du cabinet PricewaterhouseCoopers, la nouvelle division Business Consulting Services (BCS) d’IBM s’est vue confier la mission du conseil en entreprise. L’intégration d’une telle structure, avec sa culture et ses services, doit se combiner avec l’évolution du marché, d’autant que le groupe réalise déjà la moitié de son chiffre d’affaires dans le conseil.

Il n’est donc pas surprenant d’apprendre la nouvelle orientation de l’activité de conseil aux entreprises d’IBM. De l’équipement vers les usages L’activité de conseil glisse de l’équipement, c?ur de cible d’un fabricant d’ordinateurs, vers l’usage des systèmes informatiques. François Gri, le p-dg d’IBM France, dans une interview à ‘Reuters’, y voit la disparition de la notion de client/fournisseur, au profit de celle de partenariat. Une révolution dans une culture longtemps portée sur la domination, parfois orgueilleuse, d’un marché auquel IBM a largement contribué. Passer du produit à l’usage implique d’admettre que désormais l’innovation ne viendra plus seulement du matériel, mais bien de l’utilisation de solutions adaptées aux besoins et attentes des clients. Partager les risques Qui dit partenariat, implique une modification en profondeur de la relation avec le client, ainsi que des engagements pris avec lui. Une prise de risque avec deux nouveaux engagements financiers majeurs : le partage des coûts de développement, et sa contre partie du partage des bénéfices. Entre la déclaration d’intention, et la réalité du terrain, jusqu’où ira réellement la révolution d’IBM ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur