IBM Think 2021 : IA à tous les étages

L’intelligence artificielle (IA) et l’informatique hybride sont au centre des solutions mises en exergue à l’occasion de la conférence Think 2021 d’IBM.

Voici 6 des principales annonces dévoilées par la multinationale américaine :

1. Cloud Pak for Data et AutoSQL :

L’entrepôt de données Cloud Pak for Data inclut dorénavant la fonctionnalité AutoSQL (Structured Query Language ou langage de requête structurée). Les utilisateurs peuvent ainsi renforcer l’automatisation de l’accès, de l’intégration et de la gestion de données.

2. Watson Orchestrate :

Orientée métiers (RH, ventes, opérations…), l’intelligence artifcielle (IA) Watson Orchestrate est associée aux outils d’automatisation de la gamme Cloud Paks for Automation d’IBM. Le traitement du langage naturel est utilisé pour interagir avec des solutions de messagerie, collaboration et autres applications d’entreprise (Slack, Teams, Salesforce, SAP, Workday…).

3. Maximo Mobile

Penser Internet des objets (IoT)… Il s’agit de l’édition mobile de la solution de gestion d’actifs Maximo d’IBM. L’offre cible les techniciens et les ingénieurs qui gèrent des infrastructures physiques (routes, ponts, sites de production, etc.).

4. Projet CodeNet

Le projet open source CodeNet d’IBM Research et ses 500 millions de lignes de code. Cette base a été créée pour faciliter la « traduction de source à source et la transition de l’existant vers des langages modernes de programmation », a relevé Big Blue.

5. Mono2Micro

Mono2Micro utilise l’IA et l’apprentissage machine pour analyser les applications et livrer des recommandations aux développeurs. Une fonctionnalité de WebSphere Hybrid Edition conçue pour optimiser les applications dans des environnemments cloud bybride.

6. Qiskit Runtime

IBM a dévoilé Qiskit Runtime un logiciel conteneurisé et hébergé dans le cloud hybride qui, selon le groupe, « multiplie par 120 la vitesse de traitement des circuits quantiques ».

Ces annonces interviennent au moment où le groupe IT américain engage sa scission en deux entités, IBM, d’un côté, et Kyndryl, de l’autre.

(crédit photo © IBM)