IDF : Wi-FI, WiMax, la stratégie d’Intel

Régulations

Entretien avec Jim A. Jonhson, vice-président d’Intel et General manager Wireless Networking Group

«

Nous ne sommes qu’au premier niveau des technologies ». C’est sur cette réflexion que Jim A. Jonhson débute l’entretien, histoire de rappeler que si WiMax, le successeur annoncé de Wi-Fi, est au c?ur des discussions sur le ?wireless‘ à l’IDF, la technologie reste à venir. Pas tant que cela, toutefois, puisque Jim A. Jonhson nous présente dans la foulée le nouveau format des cartes PCI Express, et surtout l’un des tout premiers ?chip’ WiMax. Pas encore d’optimisation des composants, le WiMax version brut de fonderie reste un gros consommateur d’énergie, ce qui n’est pas le reflet des versions définitives. C’est d’ailleurs la priorité d’Intel, l’optimisation de la consommation, afin de répondre aux attentes du marché. «Nous avons une image claire de ce que nous ferons de WiMax » Le premier objectif d’Intel, fixé pour 2005, vise l’équipement des bases fixes. En approche corporate, Intel vise les entreprises à la recherche de liaisons d’immeuble à immeuble, les campus, les administrations, etc. De même la connexion en local ne permettra sans doute pas dans un premier temps d’envisager de jouer en ligne ou d’autres applications tout aussi gourmandes. Il faudra donc attendre la prochaine version du WiMax d’Intel, Rosedale, pour réviser les problématiques de consommation et envisager de déployer la technologie sur les portables. 802.16e ne sera pas disponible avant 2006. La priorité à la gestion de la consommation sera donc respectée, une version spécifique pour les périphériques de poche est même programmée pour 2007. Le frein du DSL Paradoxalement, alors que la technologie WiMax s’annonce prometteuse, sont développement risque de se heurté dans un premier temps au DSL. Si l’implantation dans les centres urbains semble évidente, en particulier pour participer au développement des solutions wireless, les zones peu ou mal couvertes par le haut débit qui cherchent actuellement à y accéder vont sans doute devoir marquer une pause financière, afin d’amortir leurs équipements en cours. C’est donc à une véritable course que se livrent les industriels pour imposer leur vision du WiMax, avec pour Intel un autre objectif, industriel celui là, d’imposer la standardisation autour de ses choix, et d’éviter de laisser un spectre libre dans lequel un concurrent pourrait s’engouffrer ! Dans un premier temps, le choix de deux fréquences, 2,5 et 3,5Mhz s’impose, déjà licenciées de part le monde, afin d’offrir un choix souvent dicté par des considérations d’ordre militaire. L’option 5,8Mhz n’est pour le moment envisagée que sur le continent américain. Et Jim A. Jonhson de conclure : « Nous voulons faire de WiMax ce que nous avons fait de Wi-Fi ».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur