Iliad (Free) plombé par Alice

Cloud

La grande blonde a pesé sur les résultats 2008 du groupe qui entend rebondir dès cette année

La digestion a été un peu difficile. L’acquisition d’Alice en août 2008 pour 775 millions a sensiblement impacté les résultats annuels d’Iliad, la maison mère de Free. L’an passé, le groupe a enregistré un bénéfice net en recul de 33,2%, à 100,4 millions d’euros. Ce chiffre est inférieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 138,6 millions.

Néanmoins, en excluant l’acquisition d’Alice, le bénéfice net progresse de 44,3%, à 216,7 milllions d’euros, a indiqué le groupe dans un communiqué, en soulignant que c’était la “première fois”qu’il dépassait les 200 millions.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) croît de 18,3%, à 524,7 millions d’euros, faisant ressortir une marge de 33,5%, en repli par rapport aux 36,6% enregistrés en 2007, du fait là aussi de l’intégration d’Alice.

Reste que la rentabilité du groupe a progressé avec une marge de 37,6%, contre 36,6% un an plus tôt, grâce à l’essor du taux de dégroupage (+4,1 points, à 85,6%) et à “la croissance des services à valeur ajoutée”.

De son côté, le chiffre d’affaires progresse de 29,1%, à 1,56 milliard d’euros. Hors rachat d’Alice, la hausse est de 18,9%.

Cette acquisition a permis à Free de reprendre la deuxième place du marché du haut débit français avec 4,2 millions d’abonnés (part de 25,5%) contre 3,9 millions pour son challenger, SFR (part de 22,6%).

Mais SFR n’a pas dit son dernier mot. Pour Frank Esser, patron de SFR, l’objectif est simple : prendre au plus vite la deuxième place de Free malgré le tassement des abonnements haut débit en France. Dans un entretien récent aux Echos, le p-dg affiche ses ambitions : “Nous voulons atteindre une part de marché de 30 % dans l’ADSL, c’est-à-dire de l’ordre de celle que nous avons dans le mobile, et donc dépasser Iliad, Free et Alice confondus, au cours des quatre prochaines années”.

Iliad de son côté estime que l’impact dû à Alice sera effacé dès cette année. Pour 2009, le groupe vise “une très forte augmentation du résultat net”, un “retour à l’équilibre d’Alice au niveau de l’Ebitda au cours du second trimestre”.

Il entend par ailleurs atteindre “5 millions d’abonnés haut débit en 2011”.

Le groupe devra également gérer deux autres chantiers de taille (et coûteux) : la mobilité avec une candidature pour la 4e licence et la fibre optique. Iliad a répété des objectifs déjà connus : couvrir horizontalement 70% de Paris au cours du deuxième semestre 2009 et 4 millions de foyers à fin 2012. Il faudra néanmoins s’entendre avec Orange et SFR ce qui est loin d’être gagné.

Par ailleurs, l’achat d’Alice (qui a exigé l’ouverture d’une ligne de crédit) a considérablement creusé la dette de l’opérateur qui est passée en un an de 115 millions d’euros à 1,2 milliard d’euros. Un facteur qui pourrait freiner les ambitions du trublion de l’Internet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur