Impayés chez SFR : Syntec Numérique fait plier Patrick Drahi

DSIProjetsSSII

Sous l’égide du médiateur inter-entreprises saisi par Syntec Numérique, SFR et le syndicat patronal ont signé un accord visant à mettre un terme aux pratiques les plus litigieuses de l’opérateur à l’encontre de ses fournisseurs. Un premier accroc dans la méthode Drahi ?

Selon Les Echos, Syntec Numérique et SFR ont signé l’armistice, sous l’égide du médiateur inter-entreprises Pierre Pélouzet. Cet accord, officiellement approuvé lundi par les deux parties, prévoit le paiement de toutes les factures en souffrance chez l’opérateur et la mise en place d’un processus de suivi permettant aux fournisseurs de signaler d’éventuelles difficultés. Rappelons que, suite à la prise de contrôle du second opérateur mobile français par Numericable, de nombreux sous-traitants de SFR se sont émus, la plupart du temps de façon anonyme, des pratiques du nouvel actionnaire, qui exigeaient des rabais de 20 à 40 % avant de procéder au paiement des factures. Le méthode Drahi, du nom du nouveau propriétaire de SFR, a littéralement tétanisé pendant plusieurs semaines l’industrie IT et des télécoms. Notre enquête d’alors évaluait le montant des factures en souffrance à 400 millions d’euros fin janvier.

Deux à trois mois pour régler la situation

Face à cette situation, comme nous le révélions à l’époque, Syntec Numérique décidait en février de saisir le médiateur des relations interentreprises et de l’innovation, Pierre Pelouzet. Dépendant du ministère de l’Economie, le service que dirige cet ex-directeur des achats groupe de la SNCF a pour mission de rééquilibrer les relations entre clients et fournisseurs, via la mise en place de médiations. C’est donc cette démarche qui a débouché ce lundi. Dans un document transmis à ses membres – et consulté par Les Echos -, Syntec Numérique indique que SFR s’est engagé à « tenir compte des situations des PME qui sont les plus fragiles ».

Le processus de suivi se traduira par un point d’étape tous les 15 jours. Cette médiation devrait prendre deux à trois mois, durée nécessaire pour solder l’ensemble des factures en souffrance. Le quotidien économique précise encore que certains sous-traitants, comme Sopra-Steria, ont vu leurs factures honorées par l’opérateur, avant même les premières réunions de médiation.

SFR travaille avec une petite centaine de sociétés du secteur, indique Guy Mamou-Mani, le président de Syntec Numérique, à nos confrères. Dont groupe Open, la SSII dont Guy Mamou-Mami est co-président.

A lire aussi :

Impayés chez SFR : Syntec Numérique saisit les services de l’Etat
SFR : comment les méthodes d’Altice tétanisent les fournisseurs
Le DSI de Numericable arrive chez SFR pour réduire les coûts de l’IT


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur