Importants mouvements dans les télécoms en Espagne

Cloud

Le numéro deux, Auna, propose 2,4 milliards d’euros pour le câblo-opérateur ONO avant de devenir lui même la cible de sociétés de capital risque qui offrent de le racheter pour 11 milliards d’euros!

Le paysage espagnol des télécoms est sujette depuis plusieurs jours à une effervescence sans précédent qui préfigure un mouvement de concentration très important.

Ce lundi, Auna le numéro deux du secteur (derrière Telefonica) annonçait son intention de s’emparer du câblo-opérateur ONO pour la coquette somme de 2,4 milliards d’euros. Mais 24 heures après, l’opérateur apprennait qu’il passait du statut de prédateur à celui de proie en devant la cible de cinq sociétés de capital risque. CVC Capital, Apax Partners, Carlyle, Blakstone et Providence sont en effet prêt à débourser 11 milliards d’euros pour s’emparer d’Auna. Un record en Europe pour des fonds d’investissement. Ce n’est pas la première fois que ces sociétés s’intéressent au marché espagnol et notamment à Auna. En juillet dernier, ils avaient déjà proposé 8 milliards d’euros pour la filiale mobile de l’opérateur, Amena. Du côté d’Auna, la perspective d’une vente n’est pas rejetée. Mais pas à n’importe quel prix. En septembre, la direction d’Auna indiquait que les actionnaires ne céderont pas leurs titres pour moins de 14,5 milliards d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur