Industrie 4.0 : Renault s’embarque avec Google Cloud

BusinessCloudData & StockageMachine Learning

Groupe Renault va s’appuyer sur Google Cloud pour optimiser ses 22 usines de production et sa chaîne logistique.

Belle prise pour Google Cloud ! Dans la chasse aux « gros clients » de l’industrie française, l’annonce d’un contrat avec le Groupe Renault constitue sa plus belle référence client.

Un communiqué commun donne quelques pistes sur les projets qui vont lier les deux groupes, sans indication de durée :  » Les solutions de Google Cloud et son expérience en smart analytics, en machine learning (ML) et en intelligence artificielle (IA), permettront au Groupe Renault d’améliorer notamment l’efficacité de sa chaîne d’approvisionnement et de sa fabrication, la qualité de sa production, et la réduction de l’impact environnemental par des économies d’énergie. »

 

On en saura pas beaucoup plus. Une dépêche AFP citant Eric Marchiol, directeur industrie 4.0 chez Renault. évoque l’optimisation des coûts en énergie de la ligne de peinture qui pourrait permettre une économie de la consommation de 10 à 30 %. 

Les données hébergées en Europe

 » Groupe Renault développe depuis 2016 sa propre plateforme numérique * pour connecter et agréger les données industrielles de 22 sites du Groupe dans le monde (représentant 76 % de la production des véhicules) et de plus de 2 500 machines. » explique le communiqué en précisant que l’accord  avec Google Cloud  » vise, entre autres, à optimiser cette plateforme de gestion des données industrielles, qui demeurent la propriété de Groupe Renault.  »

En pleine relance du débat sur la souveraineté numérique, le choix de Google Cloud par l’historique constructeur français ( dont l’Etat est actionnaire) ne manquera pas de susciter des commentaires chez les professionnels de la cybersécurité. 

« La donnée reste propriétaire de Renault, uniquement accessible par Renault, est sécurisée par les logiques d’encryption fournies par Google, et reste localisée en Europe de l’Ouest », a précisé François Lavernos, directeur des systèmes d’information industrie.  Par ailleurs, « toute une partie de l’architecture » de traitement des données industrielles reste dans les usines et ne repose pas sur le « cloud » de Google, a-t-il dit.

Google Cloud a annoncé l’ouverture d’une « région France » début 2022. Ce sera sa septième région  en Europe de l’Ouest.

En 2017, Renault-Nissan avait annoncé un accord avec Microsoft pour développer les services dans ses véhicules connectés.

* On peut voir ici  une présentation de la stratégie « data-centric » bâtie notamment sur un ambitieux Data Lake.

 

 

 

 

 

 

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT