Industrie du logiciel : une croissance à deux chiffres

Régulations

Le chiffre d’affaires global des 500 plus grands éditeurs a atteint 330,7 milliards de dollars, en hausse de 14% sur l’an passé. Et le nombre d’employés de ces entreprises a enregistré une augmentation de 8%

IBM se situe en tête du peloton, comme il se doit depuis déjà quelques années. La transformation de Big Blue en compagnie de services informatiques s’avère au travers des chiffres, puisque 75% de son chiffre d’affaires sont désormais réalisés à ce titre. Microsoft, quant à lui, a connu une croissance moyenne de 14%, notamment grâce aux ventes de ses systèmes d’exploitation et de ses suites bureautiques.

Grimper jusqu’au ciel Parmi les sociétés ayant connu une croissance supérieure à 1 milliard en chiffre de ventes, citons Symantec et Intuit, toutes deux connaissant une progression supérieure à 25 % (croissance tirée par les applications financières et de sécurité). SAP a connu une croissance de 26 % avec un chiffre global atteignant les 8,8 milliards de dollars. Toutefois, sur l’ensemble des éditeurs, 46 % ont connu un déclin de leurs ventes par rapport à l’an passé. La finance en vedette La plupart des éditeurs avouent considérer les applications financières comme leur secteur d’activité privilégié. Est notamment visé le secteur des PMI/PME; Sage y a réalisé un C.A. de 933,7 millions de dollars grâce à son logiciel de comptabilité et de gestion d’activité, tandis qu’Intuit a atteint 1,58 milliard de dollars en ciblant également ce marché ainsi que celui des professions libérales. Infrastructure, gestion réseau et des performances Les acteurs de ce marché connaissent une croissance régulière, le nombre de leurs employés enregistrant l’une des plus fortes croissances, tous secteurs confondus (39 %). Computer Associates (C.A. 3,07 milliards $) a connu une progression de 5 % et est en tête des ventes. Juniper Networks connaît la plus forte croissance (28 % pour 701,4 millions $) devant Mercury Interactive (27 % à 506,5 millions $). Développement applicatif Ici, c’est Compuware qui mène le bal avec un C.A. de 1,38 milliard $ quoiqu’il enregistre un recul de 21 % par rapport à l’année dernière. Compuware s’affronte à IBM dans le cadre d’un litige pour piratage logiciel, tandis que Borland enregistre une progression de 21 % à 295,2 millions de dollars notamment grâce à son offre de gestion du cycle de vie des applications et à son pari sur Java, Linux et l’intégration Web. Magic Software a atteint un C.A. de 63,4 millions $ soit une augmentation de 6 % par rapport à l’an passé, ce via le succès rencontré par ses outils de développement et de déploiement et à son partenariat avec iWay Software. Sécurité Symantec récolte les lauriers avec un C.A. de 1,7 milliard $ et un bond de 27 %, ceci étant principalement dû à ses récentes acquisitions (SafeWeb, PowerQuest, GoBack et Nexland). McAfee n’a pas progressé à 933 millions $ mais a rationalisé ses gammes produit en les répartissant en solutions de protection réseau et en solutions de protection système, se focalisant plus particulièrement sur la prévention des intrusions et la protection contre les failles et les attaques. Trend Micro réalise une croissance de 11 % à 435 millions $ grâce à ses produits anti-virus et de sécurisation des contenus, tandis que RSA atteint 259,9 millions $ de C.A. pour une croissance légèrement supérieure (12 %) et déplace son centre de gravité vers le marché de l’identitaire et de la gestion d’accès. SurfControl connaît l’une des plus belles croissances à 25 % pour un petit C.A. de 79,7 millions $. Netegrity atteint les 75,6 millions $ pour une augmentation du C.A. de 14 % en se focalisant sur la gestion des identités. Sophos remporte un joli succès en matière d’anti-virus et d’antispam (+30 % à 65 millions $). F-Secure atteint les 47 millions $ (+17 %), tandis que Cyberguard enregistre une belle progression (+48 %) à 33 millions en se focalisant sur les coupe-feu et les VPN.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur