Avec InfiniFlash, SanDisk se lance dans la bataille des baies 100% flash

Big DataCloudComposantsData & StockageDatacentersDSIPoste de travailProjetsStockage
InfiniFlash racked

L’offre InfiniFlash de SanDisk est une solution tout Flash ultra rapide, fiable et dense. La société propose des racks 3U de 256 To et 512 To, avec 7 Go/s de bande passante et 780.000 IOPS.

SanDisk lance aujourd’hui une solution de stockage dédiée spécifiquement aux datacenters et au stockage massif de données. InfiniFlash se présente sous la forme d’un rack 3U 100 % Flash pouvant présenter une capacité de stockage de 256 To ou 512 To suivant les modèles (respectivement 245 To et 490 To utilisables).

« Nous nous réjouissons de lancer notre premier système de stockage entièrement Flash sur le marché, en proposant un produit qui inaugure une nouvelle catégorie et qui, nous en sommes convaincus, permettra à la technologie Flash de s’imposer de façon massive dans les charges de travail basées sur le Big Data », explique Sumit Sadana, vice-président exécutif et directeur de la stratégie de SanDisk.

Au cœur de ce dispositif, des cartes InfiniFlash échangeables à chaud, intégrant un contrôleur et 8 To MLC de composants mémoire. Jusqu’à 8 connecteurs SAS 2.0 à 6 Gb/s permettront de relier l’InfiniFlash à des serveurs, tout comme vous le feriez avec un disque dur traditionnel. La mise à jour vers le SAS 3.0 à 12 Gb/s est d’ores et déjà programmée par SanDisk. De quoi exploiter la bande passante soutenue de ce système, évaluée à 7 Go/s en moyenne, avec 780 000 opérations d’entrée sortie par seconde.
SanDisk InfiniFlash

Pour le Big Data Hadoop

Si une unité InfiniFlash peut être partagée entre plusieurs serveurs, plusieurs exemplaires pourront être assemblés au sein d’un cluster de stockage d’une capacité inédite : plusieurs centaines de nœuds possibles, avec redondance des données stockées et support des snapshots.

Le logiciel proposé par SanDisk est compatible iSCSI et propose des interfaces de gestion et d’accès en ligne de commande et web. Côté API, sont supportés Swift (OpenStack) et S3 (Amazon). Le tout vise bien évidemment des usages comme le Big Data Hadoop. Notez que l’offre logicielle SanDisk met l’accent sur des composants open source : Linux, OpenStack, Ceph, etc.

La consommation de ce dispositif se veut mesurée : 250 W au repos, pour 750 W à pleine charge. La moyenne s’établit à 480 W. SanDisk estime que l’InfiniFlash est jusqu’à :

  • 5 fois plus dense qu’un système de stockage traditionnel ;
  • 50 fois plus rapide, avec des temps de réponse très courts ;
  • 5 fois moins énergivore, et donc aussi plus facile à refroidir ;
  • 4 fois plus fiable, abaissant ainsi les coûts de maintenance.

SanDisk annonce que le coût de son offre permet de passer en dessous du dollar par gigaoctet, contre deux habituellement pour les offres de stockage tout Flash.

« En commercialisant la technologie InfiniFlash à un prix inférieur à 2 dollars par gigaoctet avant compression et déduplication, nous modifions la dynamique industrielle et favorisons nettement l’adoption de la technologie Flash avec de nouvelles charges de travail d’entreprise et HyperScale », conclut Sumit Sadana.

À lire aussi :
SanDisk s’offre les cartes accélératrices flash de Fusion-IO
SanDisk lance une carte SD de 512 Go à un maxi prix
MWC 2014 : SanDisk livre une carte microSD de 128 Go


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur