Pour gérer vos consentements :

Infinite : Dropbox gomme la frontière entre stockage local et Cloud

A l’occasion d’un évènement à Londres, Dropbox est revenu sur sa stratégie à l’attention des entreprises. La principale nouveauté annoncée se nomme Project Infinite. On peut la rapprocher du concept de « placeholders » que Microsoft propose avec son service de stockage en ligne OneDrive.

L’objectif global est effectivement le même : permettre aux utilisateurs d’accéder, depuis l’explorateur Windows et le Finder sur OS X, à l’ensemble des fichiers de leur Dropbox, qu’ils soient stockés en local ou dans le Cloud.

Les éléments déjà synchronisés sur le poste de travail sont signalés par une icône verte. Les autres sont associés à un pictogramme représentant un nuage. À l’instar des raccourcis Windows ou des alias d’OS X, ils peuvent être manipulés et l’utilisateur peut visualiser certaines informations comme la taille et la date de la dernière modification, tout en parcourant l’arborescence des dossiers. Ces actions peuvent être effectuées sans téléchargement préalable.

La synchronisation locale va devenir l’exception

C’est pour l’exploitation du contenu des fichiers que Project Infinite prend véritablement son sens.Si le fichier n’est pas trop lourd, il est téléchargé. Dans le cas contraire, il est « streamé » et on peut s’en servir comme s’il était stocké en local. Idéal pour éviter la saturation de mémoire sur les terminaux qui disposent d’une capacité de stockage limitée, comme les smartphones et les tablettes, sans avoir à se connecter à une interface Web, précise ITespresso.

Responsable Europe du Sud pour Dropbox, Philippe Plichon compare ce fonctionnement à celui d’une plate-forme de musique en streaming : on peut obtenir des informations sur des chansons sans les télécharger… tout comme on peut les écouter sans les télécharger.

« Sur le long terme, c’est la synchronisation locale qui deviendra l’exception », explique-t-il. Et d’ajouter : « on peut anticiper un net impact sur la gestion des parcs informatiques ».  Pour pouvoir bénéficier, via le client Dropbox, de cette technologie compatible avec les fonctionnalités de synchronisation sélective, il faudra utiliser au minimum Windows 7 ou OS X 10.9 Mavericks.

À noter, en parallèle, la mise à disposition d’une nouvelle API qui permet d’ajouter des métadonnées personnalisées aux fichiers pour une exploitation avec des outils tiers (sécurité, gestion de ressources ou migration de données).

A lire aussi :

Dropbox s’émancipe d’AWS avec sa propre infrastructure de stockage

Dropbox rêve de synchroniser les documents en P2P

Crédit Photo : Rawpixel.com-Shutterstock

Recent Posts

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

2 heures ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

3 heures ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

5 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

7 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

21 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

24 heures ago