Informatica s’offre Itemlfield pour gérer le non structuré

Cloud

En rachetant la société Itemfield, Informatica confirme plus encore son
orientation sur l’intégration de données, avec la prise en compte des
informations non structurées

Les documents non structurés détiennent une partie capitale des informations de l’entreprise. Il est donc essentiel qu’ils puissent aisément être accessibles sans programmation par tout programme ou service Web. Le rachat d’Itemfield par Informatica représente donc une belle avancée sur laquelle IBM, Oracle ou EMC ont déjà lourdement investi.

Les poids lourds rachètent les éditeurs de gestion de contenu

Avec l’explosion des documents numériques (messages électroniques, bureautique, documentation, catalogues, etc.) les entreprises nécessitent des solutions de gestion de contenu non structuré sur tout le cycle de vie : création, gestion, archivage et suppression. D’autant plus que ces documents contiennent souvent des informations stratégiques, du savoir-faire ou de l’intelligence économique.

En parallèle, l’intégration de données devient le système nerveux de l’informatique d’entreprise, aussi bien applicative que documentaire. La corrélation de ces deux phénomènes explique que les éditeurs de bases de données s’y engouffrent à coup de millions de dollars, en rachetant des leaders de la gestion documentaire, rebaptisée désormais gestion de contenu d’entreprise (ECM).

Après les acquisitions de Documentum par EMC (1,43 milliard de dollars) et de FileNet par IBM (1,6 milliard de dollars), Oracle a racheté Stellent (440 millions de dollars) en novembre dernier. Pour résister à cette concentration, le dernier indépendant Opentext a racheté son concurrent Hummingbird pour 489 millions de dollars en août 2006? et licencié 525 de ses 3 500 employés mi-octobre.

Une bonne affaire pour Informatica

Se repositionnant fermement sur l’intégration de données (voir notre article), Informatica participe naturellement à ce mouvement en annonçant son intention d’acquérir Itemfield et sa technologie de transformation de données permettant un accès aux données non structurées et semi-structurées. Une solution qu’Informatica avait incorporée, sous forme d’option, dans sa plate-forme d’intégration de données PowerCenter.

Le géant de l’intégration de données rachètera la totalité des actions d’Itemfield, société non cotée, pour environ 55 millions de dollars, après approbation par le conseil d’administration de chaque société et des autorités de contrôle. Un prix, somme toute, raisonnable comparé aux acquisitions précitées.

Cette technologie permet aux utilisateurs un accès quasi universel aux données non structurées (Excel, Word, PowerPoint, Acrobat, Postscript, StarOffice, HTML, etc.) sans développement ni codage informatiques.

Avec cette opération, Informatica rejoint le peloton des éditeurs précités avec un avantage certain : le code Itemfield est déjà intégré à ses produits, et même utilisé par une partie importante de ses clients. Les autres éditeurs devront intégrer un code bien plus conséquent et bien plus lourd dans leurs solutions. Encore quelques années avant une optimisation réellement efficace !


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur