Pour gérer vos consentements :
Categories: Business

Informatique quantique : BMW renforce sa collaboration avec Pasqal

Pasqal, l’un des fleurons français de l’informatique quantique, va étendre dans les prochains mois sa collaboration avec BMW, « pour améliorer les principaux processus de fabrication du constructeur automobile ».

En d’autres termes, la firme allemande souhaite faire appel à l’algorithme de Pasqal pour, à la fois, gagner du temps, faire des économies dans son cycle de fabrication et produire des pièces métalliques plus sûres.

BMW développe la modélisation virtuelle prédictive

BMW n’a sans doute pas été insensible au récent rachat, par Pasqal, de l’entreprise néerlandaise Qu&Co, qui doit à terme à l’aider à développer son fameux ordinateur quantique de 1 000 qubits, mais qui lui a surtout permis de lancer son processeur quantique à base d’atomes froids sur la plateforme Azure Quantum, de Microsoft.

En étendant sa collaboration avec l’entreprise française, le constructeur allemand, désireux de mettre à profit les bienfaits de la technologie quantique, se fixe l’objectif d’améliorer le formage des métaux destinés à former des pièces automobiles, et de garantir leur conformité. L’algorithme de Pasqal aidera BMW à mener des simulations approfondies qui permettent de répondre aux exigences et spécifications de ces fameuses pièces.

L’idée est de concevoir des pièces plus sûres et plus durables, grâce à la modélisation virtuelle prédictive. « Pasqal propose actuellement la seule méthode sur le marché pour résoudre ces types d’équations différentielles avec la technologie quantique, qui sont essentielles pour exécuter des simulations efficaces et précises », indique d’ailleurs Georges-Olivier Raymond, le président-directeur général de la start-up basée à Palaiseau en Île-de-France.


Réduire les coûts de production grâce au quantique

Les capacités de la technologie quantique, donc la simulation informatique de très haute précision, permettront au groupe BMW de faire tomber les coûts liés à la construction, aux tests et à l’amélioration des pièces, symbolisés par un précieux gain de temps, à terme par des économies de carburant, et donc une réduction des émissions pour les véhicules qui en profiteront. Que des avantages en somme.

Au-delà de la réduction des coûts de développement et du développement quelque peu accéléré des nouvelles pièces, de matériaux plus solides et plus légers, les simulations prendront en compte des essais de collision qui aideront à renforcer la sécurité des passagers.

Quelle est la prochaine étape ? Les deux entreprises indiquent que les « simulations complexes » se dérouleront durant six mois – sans en connaître le démarrage approximatif – le tout depuis les technologies de Pasqal.

Ensuite, l’entreprise française se donne deux ans pour atteindre un avantage quantique avec ses algorithmes.

Alexandre Boero

Crédit image : @BMW

Recent Posts

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

2 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

7 heures ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

1 jour ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

1 jour ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

1 jour ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

1 jour ago