Infosec : Kaspersky se verrait bien en chef de file de la lutte anti-malware

Sécurité

Présent lors du salon InfoSecurity, l’éditeur russe Kaspersky dévoile ses ambitions pour le marché professionnel et sur la lutte contre les menaces

Actuellement situé à la quatrième place des éditeurs de sécurité sur le marché professionnel, Kaspersky espère enfin grimper sur le podium. Pour cela, la société moscovite envisage de faire passer son chiffre d’affaires sur le secteur d’un tiers à la moitié de ses revenus.

Il faut dire que selon des chiffres repris par le quotidien Les Echos, la société totalise des revenus de 130 millions de dollars. Un portefeuille qu’il prévoit de porter à 370 millions en 2008, soit une croissance de plus de 80 %. Un état qui met en confiance Evgeny Buyakin, directeur général de l’éditeur : “Notre ambition est de conquérir la première place sur le marché des entreprises. Avec un tel rythme de croissance, notre priorité est plus de continuer àconquérir des parts de marché que de faire des acquisitions“.

Une stratégie offensive qui va de pair avec la lutte que tente d’organiser la société russe contre les menaces informatiques. Sur ce point, Kaspersky reste sur son credo de considérer comme principal danger les chevaux de Troie et milite pour la création d’une communauté officielle de lutte contre le cybercrime. David Emm, consultant en technologie chez Kaspersky en explique pour silicon.fr les motivations : “Avoir un Interpol de l’Internet permettrait de rendre officielles certaines relations déjà établies entre des organismes tels que le FBI ou le FSB (ex KGB, ndr). Le problème est que les principaux Etats concernés n’en ont pas signé la charte, la Russie, la Chine et l’Amérique latine n’y participent pas alors qu’ils sont les plus gros pourvoyeurs en pirates.

Quoi qu’il en soit, Kaspersky voit l’arrivée d’un nouveau concurrent capable d’éroder sa position sur le marché grand public. Microsoft a en effet lancé cette semaine ” Morro “, sa propre solution gratuite de sécurité. Le géant compte aider ses utilisateurs grâce à un logiciel comprenant une protection antivirus e

t un antispyware, apprend t’on du côté de Redmond. L’éditeur souhaite jouer des coudes avec les “géants” de la sécurité comme Kaspersky et leur couper l’herbe sous le pied en faisant du gratuit.

David Emm, constate le phénomène et en explique le positionnement instable: “Proposer une solution de sécurité complète gratuite n’est pas soutenable économiquement. Il faut savoir que l’aspect support technique est un point important à garder en tête car lorsqu’un client achète un produit, il s’attend à recevoir un service, à ce que subsiste un lien avec l’éditeur“.

Deux stratégies opposées entre Microsoft et Kaspersky sont donc en lice pour l’an prochain. 2009 verra donc naître une plus grande compétition entre éditeurs. Ou pas.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur