Emploi IT : l’ingénieur logiciel entre productivité et épuisement

Les ingénieurs logiciels font partie des profils IT les plus recherchés par le marché. Ils sont aussi très exposés à la pression. C’est l’un des enseignements d’un sondage mené en juin 2021 auprès de 258 d’entre eux par la société d’études de marché Survation pour le fournisseur de solutions Haystack.

L’activité de 26% des professionnels anglophones interrogés se concentre sur le développement applicatif. 74% ont un rôle « hybride », plus orienté DevOps (développement et opérations IT). Tous ont été interrogés sur l’évolution de leurs conditions de travail.

8 répondants sur 10 se déclarent directement concernés par l’épuisement professionnel (burnout). Parmi eux, une majorité (55%) fait état de niveaux « modérés » à « élevés » d’anxiété.

Une tendance amplifiée durant la pandémie.

Travail hybride et (quasi) plein emploi

Une charge de travail plus élevée (pour 47% du panel), des processus jugés inefficaces (31%) et des objectifs obscurs (29%) expliqueraient, en partie, l’épuisement. Il reste que les « software engineers » bénéficient du quasi plein emploi et de rémunérations plus élevées que la moyenne.

En France, selon le cabinet de recrutement Robert Half, l’architecte logiciel (65 000 euros) et l’ingénieur DevOps (55 000 euros) figurent au top 10 des salaires médians les plus élevés dans l’IT.

En outre, la demande émanant des entreprises pour des ingénieurs logiciels et compétences associées continue de croître. Pour les attirer et les retenir, outre le salaire, la flexibilité – souplesse des horaires et travail hybride (à distance et au bureau) – sont d’autres leviers à activer.

(crédit photo via Visualhunt.com)