Intel prépare la déferlante du Next Unit of Computing

Poste de travail
Intel NUC Next Unit of Computing

Il n’est plus qu’une question de semaines avant qu’Intel n’amorce la distribution du Next Unit of Computing. Prix escompté pour ce mini-PC équipé en Core i3 : 399 dollars.

Le Next Unit Computing (NUC) sera bientôt une réalité tangible. A l’occasion de son Developer Forum annuel, Intel a dévoilé les contours aboutis de ce mini-PC logé dans un boîtier de 11,6 x 11,2 x 3,9 cm, pour 417 grammes.

En termes de puissance, le produit fini l’emporte haut la main face à ceux auxquels il s’apparente au premier abord, en l’occurrence nettop et consorts. Et pour cause : Intel y a implémenté un processeur Core i3-3217U bicoeur à 1,8 GHz avec 3 Mo de cache L3 et une prise en charge de la technologie HyperThreading (deux coeurs logiques pour un physique). La gravure à 22 nm de l’architecture Ivy Bridge réduit la consommation électrique à 17 W. A cet égard, le NUC se sustente d’un bloc d’alimentation 20 W.

Ses performances graphiques dépendent de la puce graphique (GPU) Intel HD Graphics 4000, intégrée au processeur et commune aux deux modèles affichés au catalogue. Le premier dispose d’une sortie HDMI, de trois ports USB 2.0 et d’un connecteur Thunderbolt, encore novice dans le monde des PC. L’autre version est munie d’un HDMI supplémentaire, conserve les trois USB 2.0 et tombe le Thunderbolt en faveur d’une interface Gigabit Ethernet.

Au bon coeur des OEM

Les OEM auront à charge d’adjoindre à cette carapace les entrailles de leur choix. L’interface mini-PCIe 2.0 accueillera préférentiellement une carte wifi (voire Bluetooth) ; l’interface mSATA à 3 Gbit/s se satisfera d’un SSD ; sur les deux emplacements SODIMM à 1066 MHz s’installeront jusqu’à 16 Go de mémoire vive. Evolutivité limitée pour le Next Unit of Computing, mais Intel prévoit des déclinaisons équipées en Core i5 et i7, avec en outre un contrôleur USB 3.0. Dans une logique de gain d’espace, la fixation à un moniteur se fera via un support VESA.

Pour l’heure, en Core i3, le prix recommandé s’élève à 399 dollars (l’équivalent de 366 euros TTC) pour des configurations à 4 Go de RAM et 40 Go d’espace disque sur SSD. Ces premiers modèles pourraient investir le marché américain en octobre. Mais l’écart tarifaire est tel vis-à-vis d’une foule de mini-PC ARM à moins de 100 dollars – et tout aussi évolutifs pour la plupart – que le champ des possibles semble se restreindre de lui-même. Si le secteur de l’éducation reste un coeur de cible rationnel, quel public Intel a-t-il réellement dans son collimateur ?

Peut-être les bidouilleurs se délecteront-ils plus particulièrement du NUC. Il est d’ailleurs question d’adresser la tendance montante du Do-it-Yourself (littéralement, “faites-le vous-même“) avec des cartes mères livrées nues et des boîtiers commercialisés en complément. Plus surprenant, Intel serait disposé à fournir directement la marchandise aux clients finaux, sans solliciter d’intermédiaires, selon PCPro.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur