Intel rattrapé par la justice de son pays

Cloud
Du rififi dans le nuage entre Amazon et Google

Selon le procureur général de New York, Intel a distribué des milliards de dollars illégalement pour maintenir sa position dominante sur le marché des micro processeurs aux dépens d’AMD.

Après l’Europe et l’Asie, les Etats-Unis. Andrew Cuomo, ministre de la Justice pour l’Etat de New-York, a annoncé, mercredi 4 novembre, qu’il engageait des poursuites à l’encontre d’Intel pour pratiques anticoncurrentielles sur le marché des micro-processeurs.

Andrew Cuomo reprend les principales accusations formulées par la Commission européenne qui, en mai 2009, a condamné Intel à une amende record de 1,06 milliard d’euros pour violation des lois de la concurrence. Un an plus tôt, c’est en Corée que l’entreprise de Santa Clara s’était vue condamnée pour des pratiques similaires.

Andrew Cuomo n’y est pas allé avec le dos de la cuillère dans les griefs adressés. Selon le communiqué diffusé par l’équipe du procureur général, « Intel a payés des milliards de dollars et menacées les fabricants d’ordinateurs pour empêcher la vente des produits concurrents », ceux d’AMD essentiellement en l’occurrence, à l’origine de la plainte. Toujours selon la Justice américaine, Intel aurait notamment fait pression à coups de centaines de dollars et de menaces ouvertes (notamment envoyées par e-mail) sur les principaux constructeurs américains Dell, HP et IBM en tête.

Des versements visant pour Intel à « maintenir sa puissance monopolistique et les prix sur le marché des microprocesseurs ». Des pratiques contraires aux lois anti-trust fédérales américaine qui ont nuit au choix des consommateurs et, donc, au marché. Ces conclusions sont la conséquence d’une enquête démarrée par Andrew Cuomo (par ailleurs candidat au poste de gouverneur pour l’Etat de New York pour 2010) en janvier 2008. Intel risque une forte amende.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur