Intel Xeon invite Ivy Bridge sur les serveurs… et fait face à ARM

Cloud
Intel Xeon invite Ivy Bridge sur les serveurs… et fait face à ARM

Intel a introduit 11 nouveaux processeurs Xeon E3-1200 v2, les premiers processeurs pour serveurs basés sur l’architecture Ivy Bridge… et se prépare à affronter la concurrence des technologies ARM.

La gamme des processeurs Intel Xeon compte désormais 28 nouveaux membres, les familles E5-4600 et E5-2400 en architecture Sandy Bridge 32 nanomètres (nm), et la nouvelle famille E3-1200 qui embarque l’architecture Ivy Bridge en 22 nm.

Ces nouveaux processeurs pour serveurs rejoignent les familles plus haut de gamme Xeon E7, présentée en avril 2011 et destinée à la haute disponibilité, et Xeon E5, dévoilée en mars dernier et plutôt destinée aux environnements cloud et analytiques.

Si le Xeon E5-4600 cible plutôt les environnements de haute densité, de type calcul HPC, la gamme E5-2400 est destinées aux serveurs 2 sockets pour les entreprises moyennes. Les 11 processeurs Xeon E3-12000 v2 prennent donc place sur les serveurs d’entrée de gamme destinés aux PME, un marché qui ne cesse de progresser.

Une technologie plébiscitée

La quasi-totalité des fabricants a répondu positivement à l’invitation d’Intel. Dell, HP, IBM en tête, mais également Lenovo et Supermicro, pour ne citer que ceux-là. Pourquoi un tel engouement ? Le marché des serveurs pour la PME s’intensifie, nous l’avons évoqué, mais il n’explique pas tout. La multiplication des « devices » connectés appelle également à la multiplication des serveurs, sans pour autant chercher de très hautes performances, mais plutôt des économies dans l’enveloppe globale, en particulier sur la consommation énergétique.

Le phénomène le plus récent entrant dans cette stratégie technologique porte certainement sur les microserveurs. Des serveurs simple socket de taille réduite qui prennent place dans de multiples configurations, un NAS d’entrée de gamme pour le stockage par exemple, ou encore une appliance de sécurité ou de messagerie.

En embarquant un processeur Intel en architecture Ivy Bridge, ces serveurs offrent des performances supérieures à celles des processeurs Xeon de génération précédente, avec grâce aux 22 nm un nombre de composants, de mémoire et de fonctionnalités supérieur à taille équivalente, pour une consommation et une efficacité énergétique réduites de plus de 30 % (l’enveloppe énergétique du Xeon E3-1220L v2 est de 17 watts).

Faire face à la vague ARM qui s’annonce

Allons plus loin. Le marché des microserveurs affiche un réel engouement grandissant, et se présente comme un relais de croissance. Il s’annonce également comme un marché plus que concurrentiel. Nous n’évoquons seulement pas ici l’éternel rival AMD, mais l’émergence d’un nouvel écosystème des serveurs construit autour de l’architecture ARM, reprise par des acteurs comme Calxeda, Marvell ou Nvidia.

Intel occupe le terrain chez ses partenaires – dont certains comme HP figurent parmi les premiers à tester la technologie ARM sur des serveurs – avec des arguments forts pour continuer d’occuper le terrain. À l’intégration élevée des technologies ARM pour une consommation et un coût réduits, Intel répond avec sa connaissance des processeurs qui embarquent plus de mémoire et une capacité d’accueillir et de piloter plus d’entrées/sortie I/O. Et une efficacité énergétique qui pourrait ne rien à céder à ses concurrents.

La guerre des microserveurs est déclarée…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur