Intelligence Artificielle : Tesla a bien développé sa propre puce

ComposantsPoste de travail

Tesla a profité de l’annonce de ses résultats financiers trimestriels pour annoncer que le groupe développait bien sa propre puce IA pour ses véhicules électriques.

Tesla veut pousser l’intégration jusqu’à internaliser le développement de ses propres puces IA (Intelligence Artificielle) pour ses véhicules.

Dans les Tesla dès 2019

Le groupe l’a officiellement confirmé aux investisseurs lors de l’annonce de ses résultats trimestriels.

C’est Elon Musk en personne qui l’a déclaré, donnant plus de détails qu’en décembre dernier.

Le P-DG de Tesla a ainsi précisé que la puce devrait être disponible en 2019.

Actuellement, Tesla a recours à des puces IA signées Nvidia.

Baptisée « Hardware 3, cette puce développée en interne devrait être rétro-compatible avec la génération actuelle embarquée dans les véhicules Tesla.

Selon le constructeur automobile, l’actuelle plateforme signée Nvidia n’est pas suffisamment puissante pour fonctionner de manière autonome et doit donc être secondée par d’autres puces.

« Hardware 3 » devrait être 10 fois plus puissante que la plateforme Drive PX2 de Nvidia qui est actuellement exploitée par Tesla. La puce « maison » serait ainsi en mesure de traiter 2000 images par seconde, contre 200 pour PX2 sorti en 2016.

Intégration verticale pour pousser la conduite autonome

De quoi « simplement » la mettre au niveau de la plateforme PX Pegasus de nouvelle génération dont le lancement est prévu pour la mi-2018.

Dans cette optique, la carte embarque deux SoC (System on Chip) Xavier et est en mesure de réaliser jusqu’à 320 trillions d’opérations par seconde (TOPS), soit dix fois plus que PX2.

La puce de Tesla devrait être embarquée dans les modèles S, X et 3 du constructeur, avec pour objectif de leur conférer des capacités plus évoluées en matière de conduite autonome.

Tesla a su s’entourer de spécialistes dans le domaine de la conception de puces, de l’IA et du deep learning. Jim Keller, vétéran d’AMD (en charge de la plateforme Zen), a ainsi rejoint Tesla en janvier 2016 afin d’occuper le poste de vice-président en charge de la division Autopilot Hardware Engineering. Il a toutefois quitté récemment la société d’Elon Musk pour rejoindre Intel. Mais, il a été remplacé par Pete Bannon, un ancien d’Apple qui a travaillé sur les SoC A5, A6, A7, A8 et A9 de la firme de Cupertino.

Tesla a aussi recruté Andrej Karpathy pour prendre le poste de directeur de la division Intelligence Artificielle et Autopilot Vision. Il avait rejoint OpenAI (association de recherche à but non lucratif en intelligence artificielle créée par Elon Musk et Sam Altman) en septembre 2016.

Pour le dernier trimestre, Tesla a enregistré une perte record de 718 millions de dollars, un effet secondaire de l’augmentation de la production du modèle 3. Mais, Elon Musk a rassuré les actionnaires sur le fait que la demande des consommateurs était toujours forte et que Tesla renouerait dès le second semestre de l’année avec la rentabilité.

(Crédit photo : @Tesla)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur