Intelsat et PanamSat finalisent leur fusion: un géant du satellite est né

Régulations

Comme profitant de la trêve du 4 juillet, les états majors des deux géants du satellite ont officialisé leur fusion -après accord des autorités anti-trust. Un an de procédure aura été nécessaire…

Cette fusion conduit à créer ”

le plus grand fournisseur de liaisons fixes par satellite” et amène le nouveau Intelsat à répondre aux besoins de ses clients “avec des services à valeur ajoutées, avec des ressources satellitaires et terrestres très étendues“.

A noter que le siège est à Pembroke, Bermudes.

PanamSat ajoute, au portefeuille d’IntelSat, une expertise du marché TV/vidéo, la flotte satellitaire et la base de clients grands comptes de PanAmSat.

La nouvelle entité devient le plus grand fournisseur de liaisons fixes par satellite (FSS) au monde pour les marchés des médias, services de réseau/télécoms et gouvernementaux“, nous a expliqué Dianne VanBeber, VP Corporate Communication d’Intelsat.

Intelsat a acquis toutes les actions en circulation de PanAmSat pour approximativement 3,2 milliards de dollars. La valeur totale de la transaction, incluant le refinancement des dettes de PanAmSat est d’approximativement US$ 6,4 milliards.

Pour l’exercice se terminant le 31 mars 2006, les revenus consolidés pro forma du nouveau groupe ainsi constitué se chiffrent à 2 milliards et l’EBITDA pour Intelsat (Bermudes), Ltd., sur une base pro forma consolidée se chiffre à US$ 1,6 milliards.

Au 31 mars 2006, le carnet de commandes pro forma combiné, basé sur des engagements souscrits à long terme allant jusqu’à 15 ans, était d’environs 8,3 milliards de US dollars.

51 satellites, 25% de part de marché

Le nouveau géant du satellite compte 51 satellites actifs, dont 28 provenant d’Intelsat et 23 de PanamSat. Avec cette flotte de satellites, le nouveau groupe occupe 25% du marché mondial des canaux TV par satellite (qui se chiffrerait à 2.500 “channels” environ).

Le nouveau groupe -qui reprend le nom Intelsat- comptera environ 1.000 personnes, c’est à dire que l’optimisation des postes – la “synergie” (!) disent les Américains, toujours positifs!- devrait conduire à supprimer 400 emplois environ.

Géographiquement, les deux opérateurs satellites sont assez complémentaires par leur couverture respective. Le recouvrement le plus patent sur le Royaume-Uni et une partie des Etats-Unis. L’objectif stratégique est d’élargir la couverture et les contrats sur l’ensemble de l’Europe élargie. Sur l’Afrique des perspectives de services de téléphonie paliatifs, avec de la voix sur IP, sont à l’étude.

La concurrence? Ce sont surtout les grands opérateurs historiques, qu’il faut “by-passer”: il faut se positionner avec une offre satellite alternative – par exemple, la téléphonie sur IP avec une couverture planétaire.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur