Intermec met à jour sa gamme d’ordinateurs mobiles CK3

Poste de travail
intermec-ck3-informatique-mobile

Intermec choisit l’architecture ARM pour équiper ses ordinateurs mobiles CK3X et CK3R, conçus comme des solutions autonomes, flexibles et robustes pour les métiers de la distribution.

Des centres de logistique aux points de vente au détail, Intermec destine aux métiers de la distribution ses ordinateurs CK3X et CK3R, pensés comme des déclinaisons mobiles et autonomes de l’informatique durcie, avec comme application principale la lecture de codes-barres.

Pour répondre à de telles promesses, ces deux modèles exploitent le rapport performance par watt de l’architecture ARM, avec à la baguette un processeur TI OMAP à 1 GHz, allié à 256 Mo de mémoire vive. La diversité logicielle est assurée par l’implémentation de Windows Embedded Handheld 6.5.

Chacun de ces terminaux inclut en standard un lecteur de codes-barres 1D/2D. Cet élément central de l’offre s’assortit de divers moteurs de reconnaissance permettant de scanner des éléments de 15 cm à 15 m de distance (technologie EX25), avec une tolérance élevée aux mouvements, gage de productivité.

L’EA30 gère quant à lui la lecture de codes-barres abîmés ou de mauvaise qualité (EA30). Au même titre qu’une généreuse sélection de configurations clavier, ces moteurs de lecture (dont le dernier en date, l’EA31), en plus de simplifier les processus d’inventaire, ouvrent à une personnalisation de l’expérience en fonction des préférences de l’utilisateur et des tâches à effectuer.

Rien ne se perd

Au chapitre de l’agrément, Intermec met également en avant l’aisance de la migration pour les entreprises équipées de la précédente génération du CK3. Cette évolution quasi transparente tient à la portabilité des données et des systèmes de fichiers, mais aussi des applications, grâce à un respect des standards HTML5.

Basée sur des briques open source et fonctionnant sur le principe du “peer-to-peer” (P2P), la solution de provisionnement CloneNGo se charge de répliquer cet ensemble – y compris les paramètres système – d’une unité maître vers un maximum de 3 terminaux en simultané, grâce à une station d’accueil.

La rétrocompatibilité des accessoires est également assurée. Le catalogue inclut des chargeurs plus puissants que celui livré d’origine (la charge est alors plus rapide), des poignées pour le transport et la manipulation, des docks munis de ports USB hôtes, des modules d’extension à interface Ethernet Gigabit, un lecteur RFID, des supports pour véhicules, diverses connectiques audio, RS232, etc.

Des compagnons mobiles

Le Wifi 802.11n et le Bluetooth 2.1+EDR à 3 Mbit/s sont embarqués en standard, tout comme un logement pour cartes microSD. À l’instar du CK3X, le CK3R s’articule autour d’un écran tactile résistif de 3,5 pouces en 240 x 320 points, à 65.000 couleurs.

Le clavier est rétroéclairé sur les deux modèles, qui disposent d’un châssis certifié IP54 pour sa résistance, même limitée, à l’eau, à la poussière ainsi qu’à des chutes de 1,20 m de hauteur. À noter que le CK3R dispose, en complément, d’un capteur de luminosité ; il s’allège à 400 g, contre 500 g pour son pendant.

Le propre de l’informatique durcie, mais dans un concentré suffisamment mobile et d’une autonomie que Matt Wilkens, directeur du développement produits pour Intermec, estime à « deux fois celles des solutions concurrentes ». Et d’ajouter : « Sur le cycle de vie des produits [de 5 à 7 ans, ndlr], rien que les économies réalisables en évitant la recharge systématique et le changement précoce des batteries peut contribuer à optimiser les coûts d’exploitation sur site. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur