Pour gérer vos consentements :
Categories: Réseaux

La France recule sur les connexions Internet fixe

Avec une connexion Internet fixe moyenne à 4,6 Mbit/s au deuxième trimestre 2012, la France se classe en 34e position mondiale par vitesse de connexion selon le nouveau rapport sur l’État des lieux d’Internet établi par Akamai.

Soit 4 places de perdues par rapport au précédent classement du premier trimestre. Et un recul de 5,2 % des débits qui s’établissaient autour de 4,9 Mbit/s en début d’année. Néanmoins, sur un an, la qualité de la connexion s’est améliorée de 18 %, souligne Akamai.

La France reste cependant au-dessus de la moyenne mondiale qui se situe à 3 Mbit/s (en hausse trimestrielle de 13 %).

Mais, elle ne fait pas partie des 6 régions européennes qui ont intégré les 10 meilleurs pays en matière de connexions haut débit et qui sont la Lettonie (4e mondial avec une moyenne de 8,7 Mbit/s), suivie par la Suisse (5e, 8,4 Mbit/s), les Pays-Bas (6e, 8 Mbit/s), la République tchèque (7e, 7,2 Mbit/s), le Danemark (8e, 6,7 Mbit/s) et la Finlande (10e, 6,6 Mbit/s).

45 % des connexions supérieures à 4 Mbit/s

En matière de pénétration, la France fait aussi pâle figure en Europe. Avec 45 % des connexions supérieures à 4 Mbit/s, elle se classe certes devant la Grèce (31 %), l’Italie (28 %), ou la Norvège (22 %), mais derrière l’Allemagne (57 %), le Royaume-Uni (57 %), la Belgique (69 %) ou la Suisse (79 %).

Globalement, l’Europe reste derrière la région Asie-Pacifique. Particulièrement en Corée du Sud où 84 % des connexions y sont supérieures à 4 Mbit/s et 49 % des connexions à plus de 10 Mbit/s avec une moyenne de pic de débits à près de 47 Mbit/s contre 38,6 Mbit/s en Roumanie qui affiche le meilleur résultat européen (18,3 Mbit/s en France, -4,2 %).

Mais c’est la Suisse qui a connu la plus belle progression de son taux de connexion supérieure à 10 Mbit/s pour atteindre les 22 % sur le trimestre.

Le fournisseur de solutions d’optimisation du réseau mondial (content delivery network) s’appuie sur les 665 millions de connexions IPv4 enregistrées sur sa plate-forme dans 242 pays et régions pour établir son classement. Soit une estimation de plus d’1 milliard d’internautes, en hausse annuelle de 10 %. Un volume suffisamment important pour être représentatif.

L’IPv6 soutenu en France

À noter cependant que la France a largement adopté (toutes proportions gardées) l’IPv6. Le pays concentre 15 % des 16,5 millions d’adresses natives IPv6. Il se place ainsi juste derrière les États-Unis (73 % des adresses IPv6 distribuées) mais loin devant le Japon (3,7 %), la Roumanie (3 %) ou l’Allemagne (0,7 %), selon Akamai.

Crédit photo ©  iQoncept – Shutterstock

Recent Posts

ESN : DXC cherche (encore) à se vendre

DXC Technology confirme des discussions avec un "sponsor financier". La société de capital-investissement BPEA serait…

11 heures ago

Cybersécurité : pourquoi Pradeo s’offre la start-up rennaise Yagaan

En prenant le contrôle de Yagaan, Pradeo dit engager la consolidation entre acteurs français de…

15 heures ago

6 casques VR pour le métavers d’entreprise

Quelles portes d'entrée dans les métavers B2B ? Côté casques, voici six modèles d'autant de…

15 heures ago

ESN 2022 : le top 10 en France

L'année 2021 est marquée par une croissance de 12 % pour les ESN et ICT,…

16 heures ago

OpenStack assouplit sa politique de saut de version

OpenStack va simplifier le basculement entre des versions majeures non consécutives, avec les mêmes garanties…

19 heures ago

5 scale-up françaises de cybersécurité à retenir

De Ledger à HarfangLab, des entreprises et start-up françaises de sécurité cyber et protection de…

1 jour ago