Internet des Objets : AWS et Iridium misent sur des nanosatellites pour couvrir le globe

Cloud

La société de communications par satellite Iridium Communications s’est associée avec Amazon Web Services (AWS) afin de permettre la connectivité pour des services de l’Internet des objets (IoT) depuis l’espace.

Iridium, le réseau de communications par satellite, a annoncé un partenariat avec Amazon Web Services (AWS) pour connecter les services Internet des objets du fournisseur de cloud à son réseau satellitaire en 2019.

Des satellites sur orbite basse

Baptisé CloudConnect, ce nouveau service s’appuie sur un réseau de satellites IoT existant exploité par Iridium pour permettre aux entreprises utilisant des services AWS d’atteindre des endroits non couverts par les réseaux cellulaires.

Alors que le lancement de ce service est prévu pour 2019, Iridium s’apprête à terminer la mise en orbite de sa constellation Iridium NEXT composée de de 75 satellites.

À ce jour, sept lancements assurés par SpaceX ont eu lieu, livrant 65 nouveaux satellites placés sur orbite terrestre basse.

SpaceX à l’ouvrage

C’est donc la société d’Elon Musk et non Blue Origin, celle de Jeff Bezon (P-SD d’Amazon), qui a a été mise à contribution pour lancer le réseau satellitaire de 3 milliards de dollars pour Iridium. Le huitième et dernier lancement aura lieu plus tard cette année.

Une fois en service, Iridium NEXT offrira des services avec des vitesses de communication à large bande élevées et le suivi des avions dans le monde. Il est surtout question d’une solution pour les applications relevant de l’Internet des objets (IoT).

CloudConnect permettra ainsi aux services d’AWS d’être accessibles sur 80 % de la surface terrestre.

Si les clients d’Iridium pourront tirer parti d’AWS IoT, ceux d’AWS disposeront d’un nouveau moyen d’étendre leur empreinte géographique pour l’IoT à quasiment n’importe quel endroit du globe.

Les services IoT d’Iridium continuent d’être un catalyseur de la forte croissance du nombre d’abonnés. Avec environ 630 000 appareils actifs au 30 juin 2018, le nombre d’abonnés IoT d’Iridium a augmenté avec un taux de croissance annuel composé d’environ 19 % au cours des trois dernières années

Selon IHSMarkit, l’IoT mondial devrait continuer de croître rapidement pour atteindre environ 75 milliards d’appareils d’ici 2025.

L’IoT, un nouveau levier de croissance pour AWS

AWS n’a pas ménagé ses efforts pour prendre le virage de l’IoT. En juin 2017, le spécialiste du cloud lançait AWS Greengrass, un logiciel permettant d’exécuter en toute sécurité des services de calcul, de messagerie et de mise en cache des données en local (edge computing) sur les appareils connectés.

Le service permet à des appareils connectés d’exécuter des fonctions AWS Lambda, d’assurer la synchronisation des données des appareils et de communiquer en toute sécurité avec d’autres appareils, même en l’absence de connexion Internet.

La palette de services IoT d’AWS comprend également AWS IoT Core (plate-forme cloud qui permet aux appareils connectés d’interagir de manière simple et sécurisée avec d’autres appareils et des applications cloud), Amazon FreeRTOS (système d’exploitation pour microcontrôleurs), AWS IoT Device Management, AWS IoT Device Defender (protection des flottes d’appareils IoT) et AWS IoT Analytics (analyses avancées sur de très grands volumes de données IoT).

Le français Kinéis pas en reste

D’autres acteurs ont déjà balisé le terrain de la connexion des appareils IoT via l’espace. On pense ainsi à Kinéis, filiale de Collecte Localisation Satellites (CLS), qui disposera d’une constellation satellite composée de 20 nanosatellites à l’horizon 2021. Soutenue par le CNES (Centre national d’études spatiales), la société française veut ainsi assurer une connexion internet sur les zones non couvertes (90 % de la surface terrestre) pour les appareils connectés (Internet des objets).

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur