Internet Explorer : Microsoft entre en négociation avec Bruxelles

Logiciels

L’objectif des négociations avec Bruxelles est de permettre à Microsoft d’éviter une nouvelle amende pour abus de position dominante sur le marché des navigateurs à l’approche de la sortie de Windows 7.

Microsoft a initié des pourparlers avec les instances européennes concernant deux dossiers liés à sa position dominante sur les marchés des navigateurs et des suites bureautiques, rapporte l’agence Bloomberg qui s’appuie sur deux sources proches du dossier qui demandent à conserver l’anonymat. Ces négociations visent à éviter une nouvelle amende pour Microsoft qui a déjà eu sa part du compte. Redmond a déjà versé 1,68 milliard d’euros (2,34 milliards de dollars) au total dans le cadre de son procès pour abus de position dominante de son OS Windows en 2004 dans les domaines de l’interopérabilité avec les serveurs et lecteurs multimédia concurrents.

Cette fois, c’est l’omniprésence du navigateur Internet Explorer qui s’affiche dans le collimateur de Bruxelles à la suite d’une plainte de l’éditeur Opera Software en décembre 2007. Malgré les bonnes intentions affichées de Microsoft qui a annoncé la suppression de son navigateur dans l’édition européenne de Windows 7 (mais sans détailler les modalités d’obtention d’un navigateur aujourd’hui indispensable à tout utilisateur d’un PC), il en faut un peu plus pour convaincre les instances européennes de la concurrence. Lesquelles pencheraient plutôt pour une offre multi navigateurs dans Windows. Mais en supprimant IE de Windows (qui équipe plus de 90% des PC de la planète), Microsoft supprime potentiellement tout argument anticoncurrentiel que les concurrents (Mozilla et Google sont également parties prenantes du dossier aux côtés d’Opera) pourraient mettre en avant.

L’autre partie des négociations porte sur l’ouverture de sa suite Office au format ouvert et normalisé Open Document (ODF) notamment exploité par la suite bureautique concurrente OpenOffice.org. Le géant de Redmond se voit accuser de freiner l’intégration des supports concurrents. De son côté, Microsoft a annoncé supporter ODF, ainsi que le PDF, avec l’arrivée du SP2 de Office 2007. Là encore, un sujet à discussions et, donc, négociations entre les deux parties.

Difficiles de savoir si ces négociations seront finalisées avant la sortie de Windows 7 attendue le 22 octobre prochain. Mais aussi bien Bruxelles que Microsoft tenteront probablement de clore le dossier avant la fin de l’année qui correspondra avec la fin du mandat de Neelie Kros, la commissaire dédiée aux affaires de concurrence à Bruxelles. Relancer des négociation avec un nouvel interlocuteur est rarement perçu comme une gain de temps…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur