Internet Mobile : SFR se lance dans le véritable illimité en 3G+

Cloud

Des mails, du surf et des contenus enfin en illimité, de nouveaux mobiles HSDPA… SFR entend débloquer les usages. Mais la liberté a un prix…

SFR tient à sa place de leader dans le haut débit mobile. Premier à avoir lancé la 3G et la 3G Plus, l’opérateur revendique aujourd’hui une couverture de 70% de la population, 3,5 millions de clients haut débit mobile et une part de marché de 65%.

Malgré cette position, il faut bien reconnaître que l’usage du haut débit mobile tarde à décoller. Selon le dernier observatoire de l’Arcep, le régulateur des télécoms, le nombre de clients ‘multimédia mobile’ atteint 14,6 millions, soit 28% des clients des opérateurs mobiles. Mais ce nombre baisse par rapport au 4e trimestre 2006 où l’on comptait 15,1 millions de clients. Par ailleurs, les opérateurs tirent encore 85% de leurs revenus du transport de la voix sur leurs réseaux.

Ces difficultés s’expliquent d’abord et avant tout par les politiques tarifaires des opérateurs qui facturent à l’acte et au volume et par une gamme encore insuffisante des terminaux 3G .

Depuis plusieurs mois, SFR tente de lever ces freins. En juillet, il lançait les Pass 2.0 qui inclut l’accès illimité au portail Vodafone Live, les e-mails illimités, l’accès illimité aux sites ‘Best of Web’ (YouTube, DailyMotion, MySpace, Windows Live Messenger, GoogleMaps, eBay) et 25 Mo de data (surf et téléchargement) pour les autres sites ou services ‘off-portal’, le tout pour 9,90 euros par mois.“C’est un succès mais nous avons vite senti qu’il fallait aller plus loin”, commente Frank Esser, p-dg de SFR.

En octobre, Orange lançait l‘Option Web. Proposée à 12 euros par mois (en offre de lancement, jusqu’au 16 janvier 2008 pour les 50.000 premières souscriptions), elle permet l’usage illimité de la TV Haute Définition Mobile, de la musique avec Orange et de la navigation sur et uniquement sur le portail Orange World.

Deux offres qui tentent l’aventure de l’illimité mais sans y aller franchement. Aujourd’hui SFR a décidé d’aller plus loin et annonce une offensive pour les Fêtes de fin d’année qui ravira les accrocs au surf mobile.“Nous allons véritablement débloquer les usages”, s’enthousiasme Jean-Marc Tassetto, directeur général de l’opérateur.

Pour la filiale de Vivendi et de Vodafone, ce déblocage passe par deux éléments. Il s’agit d’abord de proposer une véritable gamme de mobiles haut débit (3G/3G plus ). “Les clients cherchent avant tout des terminaux, on développe l’usage en multipliant les combinés”, poursuit le dg.

SFR va donc proposer une gamme de six modèles issus des catalogues de HTC, LG, Nokia, Samsung et Sony Ericsson. Pour accrocher le chaland, ces combinés proposent tous des spécificités très à la mode : écran tactile, clavier coulissant, grosse capacités de mémoires. Pour les fabricants partenaires, il s’agit ici d’une véritable rupture. Pour Philippe Bartelet, directeur de la division télécoms de Samsung France, “pour faire décoller l’internet mobile, il fallait une gamme de téléphones crédibles, ce qui n’était pas le cas pour le moment”.

Concrètement HTC proposera en exclusivité son désormais célèbre TouchDual (Windows Mobile). Du côté de LG, on trouvera le KS20 (très prosumer) et le Viewti doté d’un appareil photo 5Mo et d’un écran tactile. Nokia proposera en exclu son très haut de gamme N95 à 8Go de mémoire et doté du GPS. Le F700 de Samsung et son clavier coulissant sera également en exclusivité. Enfin, Sony Ericsson a opté pour le W910, un musicphone à 20 Go de capacité de stockage… Autant dire qu’il y en a pour tous les goûts. Et pour toutes les bourses puisque le premier prix sera de 49 euros (les deux LG et le Sony-Ericsson). Le Samsung sera vendu 99 euros, le HTC 199 euros et le Nokia à 399 euros (promo à 299 euros).

Mais le coeur de l’offre de SFR concerne bien les tarifs. Et pour la première fois, on peut enfin parler d’illimité. Les forfaits Illimythics (limités à 100.000 souscriptions) incluent en effet l’accès illimité à tout le Web (sans limite de volume), aux mails (réception, émission, pièces jointes illimitées), à tout le portail Vodafone Live, à toute la TV Live (80 chaînes en 3G/3G plus sauf CanalPlus Mobile) et à la musique (150.000 singles issus du catalogue Universal, les morceaux téléchargés sont définitivement acquis). On y trouve aussi les SMS et MMS illimités et Messenger by SFR. Bref, SFR n’a pas rogné sur le contenu.

Cette liberté a néanmoins un prix. Autant dire que ces forfaits (qui incluent également de la voix) ne sont pas donnés. Illimythics 2h ( plus 2h soir et week-end) est proposé à 39 euros par mois pendant 24 mois puis passera à 49 euros. Mais cette offre n’inclut pas la télévision, ni la musique (5 singles gratuit par mois seulement).

Pour se faire une vraie overdose d’illimité, il faut passer au forfait 3 heures qui sera facturé 49 euros par mois pendant 24 mois puis à 59 euros. Et pour les accrocs au téléphone, un forfait de permet 5 heures de communication (plus 5 heures soir et week-end) pour 69 euros par mois pendant 24 mois puis 79 euros par mois.

Il faut noter que les services P2P, VoIP (type Skype) et la transformation du téléphone en modem sont proscrits.

Tous ces forfaits impliquent un engagement de 24 mois. En s’abonnant pendant un an, tous les tarifs augmentent de 10 euros par mois.

Il faut bien soutenir l’Arpu, le revenu moyen par abonné, amortir les investissements réseaux et le reversement de revenus aux partenaires… D’où des prix qui pourront en refroidir certains. Mais pour SFR, le mix produit est viable. Surtout, toutes les briques sont désormais alignées pour faire décoller le marché, estime le deuxième opérateur français qui refuse de donner ses objectifs à court terme. Reste maintenant à connaître la réaction d’Orange, notamment avec le très attendu iPhone qui n’est pas 3G…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur