Internet: moteur de la croissance des télécoms

Régulations

Si le marché français des télécoms progresse, c’est surtout grâce à l’essor du haut débit: +93% de revenus sur un an

Les revenus générés par le secteur des télécoms ont encore une fois progressé dans notre pays. Au premier trimestre 2004, la croissance sur un an a été de 4,6% selon l’ART, le régulateur des télécoms. Le chiffre d’affaires pour cette période s’établit à 8,865 milliards d’euros.

C’est Internet qui tire véritablement le marché grâce au succès des offres haut débit et du dégroupage. Sur le champ des seuls opérateurs déclarés, le chiffre d’affaires de l’Internet est en hausse de 30% sur un an. La croissance provient avant tout de la forte augmentation du nombre de clients ayant opté pour un accès à haut débit qui atteint 4,4 millions (+0,9 million de clients sur le premier trimestre 2004). Sur le segment du haut débit, les opérateurs ont ainsi enregistré au cours du premier trimestre 2004 une hausse de près d’un tiers de leurs revenus (+93 % sur un an). Le nombre d’abonnements à bas débit diminue sur un rythme annuel de -13 %, mais est encore supérieur (6,5 millions) au nombre d’abonnements à haut débit. La part des technologies DSL est prépondérante avec plus de 90% des accès. Le nombre de lignes dégroupées continue de croître rapidement sur le marché français pour atteindre près d’un demi-million de lignes dont plus de 200.000 ont été dégroupées partiellement sur le premier trimestre 2004. Deuxième moteur traditionnel: la téléphonie mobile. La part croissante du transport de données (9% des revenus), et l’augmentation continue du nombre de clients (41,9 millions ce qui représente un taux de pénétration de près de 70% à fin mars 2004) permettent à ce secteur de poursuivre sa croissance. La messagerie interpersonnelle sur réseaux mobiles poursuit sa croissance (+30,6% sur un an en volume et 16,5% en chiffre d’affaires). Les autres types d’échange de données sur réseau mobile (SMS+ et autres) commencent à prendre une part plus significative (20% au premier trimestre 2004 contre 8% un an auparavant). La téléphonie fixe poursuit son repli. Le chiffre d’affaires des frais d’accès, de l’abonnement et des services supplémentaires de la téléphonie fixe est en recul de 2,2%. La facture moyenne par abonnement fixe s’élève à 31,0 euros au premier trimestre 2004, pour 28,5 euros par client de la téléphonie mobile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur